robert1943 robert1943 robert1943

di rupo

  • Véronique De Keyser : « Le PS est devenu une machine de guerre au bénéfice d'Elio »

    nouvelles du progrès,véroniquue de keyser,di rupo,psFrançois Brabant - Extrait du Vif-l'Express

    Députée européenne depuis 2001, Véronique De Keyser, ex-professeur de psychologie de l’Université de Liège, espérait rempiler pour un nouveau mandat. Les stratèges du boulevard de l’Empereur en ont décidé autrement. Ils ne lui ont proposé qu’une place d’avant-dernière suppléante. « Se faire jeter comme un chien est révoltant », s’est exclamée Véronique De Keyser, par communiqué. Au Vif/L’Express, elle en dit davantage.

    Lire la suite

  • FGTB-métal : " Le bilan de Di Rupo est catastrophique "

    nouvelles du progrès,nico cue,fgtb métal,di rupo,anne demelenneNico Cué, le secrétaire général de la FGTB-métal, carbonise le Premier ministre socialiste et réclame du changement à la tête de son organisation.

    Le Vif/L’Express : Votre message, vos modes d’action sont-ils encore en adéquation avec la société d’aujourd’hui ?

    Nico Cué : La FGTB est face à une question existentielle. Cette évolution de l’économie qu’on dénonce, en tant que syndicalistes, on l’a accompagnée, puisqu’on a signé des accords. Doit-on continuer à accompagner, ou doit-on entrer en rupture avec un système qui est en train de nous ramener un siècle et demi en arrière ? C’est la question centrale.

    Lire la suite

  • L'Europe et le double langage

    nouvelles du progrès,hugues lepaige,magnette,di rupo,commission européenne

    J’entendais ce matin sur cette antenne, le président du PS s’emporter de forte manière sur cette Commission Européenne qui n’a, disait-il, que des recettes de droite, ne sait que prôner l‘austérité et prive les parlements, les gouvernements et les partis de leur pouvoir de décision.

     

    Lire la suite

  • Leur hargne

    Affiche_chasse_chomeurs_FR.jpgLe combat que nous menons, c’est le combat pour préserver les fondements de nos démocraties. Parce que c’est un combat contre le capitalisme d’aujourd’hui et que le capitalisme d’aujourd’hui, générateur d’inégalités de plus en plus fortes, c'est la pire menace qui pèse sur nos démocraties.

     A quoi sert une grève ? Dans la semaine qui a précédé l’action nationale du 30 janvier dernier, il ne fallait pas chercher trop loin ni trop longtemps pour trouver à cette question un ensemble de réponses définitives du style «ça ne sert à rien» ou même «ça fait du tort au pays». Notez, ce n’est pas nouveau. On n’a jamais vu un patron se réjouir d’une grève contre lui, ni un gouvernement se féliciter que le pays se mette à l’arrêt contre un ensemble de décisions qu’il se prépare à appliquer. 

    Lire la suite

  • De bons vœux, est-ce bien sérieux ?

    nouvelles,di rupo,fgtb,nico cueVous présenter des bons vœux à l’aube de l’année de m… qui s’annonce ? Je me demande si ce n’est pas basculer dans le surréalisme ou la provocation gratuite…

    Edito de Nico Cué, 18/01/2012.

    Et pourtant, je vais le faire, mes camarades : meilleurs vœux pour 2012 ! Meilleurs vœux ou, plutôt, un seul vœu : que tout ce qui nous est annoncé en termes de régression sociale soit finalement annulé.

    Lire la suite

  • « Si vous continuez, l’austérité se réglera à coups de pavés ! »

     jeunes fgtb,di rupo,chômage,pensionsVu la situation actuelle, ce slogan risque de devenir un refrain… Coupes sèches dans les droits sociaux, encore plus de cadeaux fiscaux aux employeurs, maintien des plus âgés dans l’emploi,…  Rien de progressiste, rien de socialiste, ni de solidaire dans la note du formateur Elio Di Rupo !
     
    Pas étonnant que les premiers à se prononcer positivement soient les partis de droite et le patronat.  L’énorme déséquilibre de la note est un véritable coup de poignard dans les droits conquis par les travailleurs. Le formateur prétend penser aux jeunes et à leur avenir… il aurait dû leur demander leur avis !

    Lire la suite

  • Des congés payés à... la régression social-démocrate?

    «La désertion des citoyens est aussi largement imputable à des soi-disant 'représentants' (élus ou candidats) qui, pour la plupart, ne proposent aucun projet de transformation sociale. La raison la plus triviale pour laquelle personne ne vote pour une autre société, c'est que la quasi totalité des partis progressistes – qui avaient porté le projet d'une autre société deux siècles durant – se sont convertis au culte de l'économie de marché et à la nouvelle doxa néo-libérale. La maladie de la pensée (…) a contaminé autant les ex-progressistes que les néo-conservateurs, si bien qu'il ne reste quasiment plus un seul grand parti politique qui s'oppose vraiment à la régression.»

    nico cue,fgtb métallos,pensions,di rupo

    Lire la suite