robert1943 robert1943 robert1943

08/01/2015

Georges Wolinski: "Le courage du peuple cubain"

nouvelles du progrès,wolinski,cuba si france,l'humanitéL'Humanité avait  fait le bilan de cinquante ans de blocus total imposé par les Etats-Unis à Cuba, depuis le 7 février 1962.

Nous publions ici le point de vue de George Wolinski, dessinateur et président d'honneur de Cuba Si France.

En 1970, je suis allé à Cuba pour la première fois. Je représentais la France à une exposition de dessins politiques. Ceux que j’exposais avaient été publiés, pendant les évènements de 1968, dans Action,  L’Enragé et Charlie Hebdo.

Ensuite, invité par le festival de l’humour de San Antonio de Los Banos, j’ai fait de nombreux séjours à Cuba. J’ai pu côtoyer des dessinateurs roumains, coréens du Nord, polonais, tchèques. Place de la Révolution, trois heures durant, j’ai écouté le discours de Fidel Castro. Plus tard, en 1992, j’ai été le président d’honneur de la biennale de l’humour.

Pour rejoindre Cuba, il fallait partir de Madrid ou de Prague et voyager quelques vingt deux heures. A l’époque, étant donné le blocus américain, 80% de l’économie cubaine, dépendait de Moscou et des pays de l’Est. Puis, il y eut l’effondrement du bloc soviétique et ce fut un coup dur pour Cuba. Le peuple manquait de tout pour vivre comme pour travailler. Charly Bouhana, membre du syndicat de Livre, m’a demandé de le rejoindre pour aider les artistes et les écoliers cubains. Ainsi, est née l’association de solidarité : Cuba Si France. Première initiative : le bateau de la solidarité. Un cargo chargé de cahiers et autres feuilles de papier, de fournitures scolaires, destinés aux écoles.

Ensuite, l’association a accompagné différents projets d’aide à l’enfance. Il y eut encore un envoi de matériel destiné aux artistes qui ne disposaient plus de rien pour créer. Des artistes liés au gouvernement en place mais qui, malgré tout, ne pouvaient plus travailler.

Depuis cette époque, Cuba Si France n’a pas cessé de manifester son indignation contre le blocus américain. Il y a deux ans, quand je suis retourné à Cuba, j’ai pu observer le courage du peuple pour résister aux conditions de vie provoquées par l’embargo. J’ai vu défiler un million et demi de jeunes cubains, visiblement en pleine santé, devant un Raul Castro souverain. Pas un n’a crié : « Dégage Raul ! » en passant devant la tribune.

Le 8 mars, lors de la journée internationale de la femme, j’ai écouté les propos de Mayda Alvarez Suarez, militante du Centre d’Etude de la Femme, organisme sous tutelle du gouvernement. Elle était l’invitée en France de notre association. Après cinquante-deux ans de révolution, Mayda résume la philosophie des Cubaines. A la surprise générale et malgré le peu d’enthousiasme des hommes, elles ont, dit-elle, conquis leur autonomie. L’égalité des salaires est instaurée par la loi et elles peuvent exercer des postes décisionnaires. Et cela, malgré la vie difficile, le manque de denrées alimentaires, les crèches introuvables et la violence en hausse.

Quant à la natalité, elle décroit. 1,6 enfant par couple. Avant la révolution Mayda explique que de nombre de jeunes filles de 14 ans se retrouvaient enceintes, aujourd’hui, l’âge moyen la natalité est de 24 ans. Qu’en est-il des rapports hommes-femmes ? La formule est envoyée par Mayda : les hommes que veulent les femmes n’existent pas encore. Les femmes que les hommes veulent n’existent plus !   Dans un avenir proche, d’importantes réformes se préparent, comme la perte de 500.000 fonctionnaires. Mayda sourit : « On en a vu d’autres ».

 

 

 

30/12/2014

Les électeurs grecs près d’un tournant anti-austéritaire

nouvelles du progrès,grèce,élections,syrizaBruno Odent  extrait de l'Humanité

Le gouvernement Samaras a échoué à faire élire, hier, le président de la République hellénique par le Parlement. Les élections législatives anticipées, convoquées pour le 25 janvier prochain, pour lesquelles Syriza part favori, ouvrent une porte vers une autre politique pour la Grèce et toute la zone euro.

Lire la suite

11/11/2014

BHL chassé de Tunis par les Tunisiens.

bhl.jpgArticle AC pour http://www.solidarite-internationale-pcf.fr/

Les Tunisiens peuvent se faire voler leur révolution. Mais ceux qui leur confisquent ne l’emporteront pas au paradis. Bernard-Henri Lévy dit BHL en a payé le prix. Aussitôt arrivé à Tunis pour une obscure visite après les élections, aussitôt rembarqué pour Paris.

La visite devait être secrète, elle a fuité comme une traînée de poudre. Dès que l’avion de BHL a touché le tarmac de l’aéroport de Tunis-Carthage, ce 31 octobre, plusieurs dizaines de manifestants l’ont accueilli sous les cris de « BHL dégage » et « Non aux intérêts sionistes en Tunisie ».

Lire la suite

06/08/2014

En souvenir d’un homme de paix

nouvelles du progrès,pierre piérard,otan,paixEn ce 6 août, date de commémoration de la tragédie d’Hiroshima, je veux rendre hommage à un ami, le professeur  de l’université de Mons Pierre Piérart, vice-président de l’AMPGN belge. (Robert Tangre)

Vous trouverez ci-après l’hommage qui lui fut rendu par de Comité de Surveillance OTAN lors de son décès survenu le 20 juillet 2010.

Lire la suite

14/07/2014

Coup de sang de la Croix-Rouge

jourdain,palestiniens,israéliens,destruction de maisonsFace à la 
colonisation qui s’intensifie, le Comité international de la Croix- Rouge, organisation non gouvernementale ne distribue plus de tentes aux familles palestiniennes dans la vallée du Jourdain. Car l’armée israélienne détruit, après les maisons, 
les abris distribués par... l’ONG.

Lire la suite

31/05/2014

LE SOUFFLE D'UN IMMENSE ÉCRIVAIN

nouvelles du progrès,gabriel garcia marquez,cuba,fidel castroUn des plus grands  écrivains latino-américains s'est éteint. Gabriel Garcia Marquez n'a jamais  dissocié la littérature de ses convictions politiques. Son oeuvre rayonne bien au-delà des lettres sud-américaines dont il est un des principaux représentants.  Aîné de onze enfants, Gabriel José de la Concordia Garcia Marquez est né le 6 mars 1927, à Aracataca, un village perdu entre les marigots et les plaines poussiéreuses de la côte caraïbe colombienne. Son père y est télégraphiste. Dans l'œuvre de Gabo (surnom de Gabriel Garcia Marquez attribué par ses amis), Aracataca deviendra Macondo, un endroit mythique mais réel.

Lire la suite

18/05/2014

Pourquoi voter: barrer la route à l’extrême droite!

Pastor-Martin-Niemller-1892-1984-8x6.jpgL'extrême droite , la bête immonde parade dans les rues de très nombreux pays européens  Le danger est grand. Notre devoir est de rappeler à nos jeunes des paroles symboliques mettant en garde contre les dangers représentés par les admirateurs du nazisme.

 

Remémorons-nous les paroles de Martin Niemöller *  :

Lire la suite