robert1943 robert1943 robert1943

politique internationale - Page 6

  • Il est grand temps que la Chambre des représentants américaine suspende l’embargo cubain.

    nouvelles du progrès,embargo,usa,cuba

     

     

     

     

     

     

     

    1. L’embargo des États-Unis contre Cuba est condamné par une majorité toujours plus large et désormais écrasante de pays membres de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies. Il continue cependant d’être imposé, en dépit des injonctions réitérées de l’ONU, notamment sa Résolution 56/9 du 27 novembre 2001, par la volonté isolée, mais entêtée, du gouvernement des États-Unis. Le présent exposé entend mettre en cause cet embargo de la manière la plus ferme et dénoncer la violation de la légalité qu’il représente et son absence totale de légitimité.

    Lire la suite

  • Quand les créanciers de l'Allemagne fermaient les yeux sur sa dette

    l'étincelle,syriza,allemagne,grèce,dette de l'allemagneL'Allemagne n'a pas toujours été aussi à cheval sur la nécessité de payer une dette : elle a même fait défaut à deux reprises depuis la Seconde guerre mondiale. 

    L’Allemagne n’a pas toujours été hostile aux annulations de dette. La Grèce doit tenir ses engagements, répètent les Allemands. Mais il leur est arrivé d'être moins à cheval sur la nécessité de payer, rubis sur l’ongle, une dette.

    Lire la suite

  • Grèce : guerre déclarée contre les riches

    images.jpgLe ministre grec des Finances Yanis Varoufakis n'a pas exclu samedi l'adoption d'"une taxe extraordinaire" pour "ceux qui peuvent payer" afin d'assurer des budgets à l'équilibre. "Nous nous sommes engagés à avoir des budgets à l'équilibre. Si je suis contraint d'imposer une taxe extraordinaire, je le ferai mais ce sera pour ceux qui peuvent payer (...), on ne va pas demander de l'argent à ceux qui souffrent", a déclaré le ministre lors d'un entretien à la télévision grecque Skaï.

    Lire la suite

  • Noam Chomsky: "L’État islamique, fruit de la politique américaine au Moyen-Orient"

    nouvelles du progrès,noam chomsky,guerres,djiadistesPour la revue Jacobin, le professeur Noam Chomsky évoque les origines de l'EIIL et explique pourquoi les USA et leurs alliés sont responsables de son apparition.

    EI: Obama reconnaît que la lutte pourrait durer plus de trois ans

    Il y a quelques jours paraissait l'interview d'un ex-agent de la CIA, Graham Fuller, l'un des meilleurs analystes du Moyen-Orient. Son titre: "Les USA ont créé l'EIIL" – aujourd'hui l'une des milliers de théories du complot qui circulent au Moyen-Orient.

    Lire la suite

  • Libres opinions: "Les attentats djihadistes, comment nous en sommes arrivés là?"

    LArabie.jpges USA et son bras armé, l'OTAN, principalement composé de pays européens dont la France, interviennent régulièrement au Moyen-Orient depuis une vingtaine d'années. La France protège ses intérêts en Centre Afrique en y envoyant ses forces armées. Sarkozy aidé de son ami Cameron ont bombardé la Libye pour renverser Kadhafi, devenu trop gênant. A la suite des attentats du 11 septembre 2001, W Busch ouvrait la prison de Guantánamo, un pénitencier militaire extraterritorial dans lequel tout est permis, et où sont essentiellement enfermés des musulmans. La plupart sont détenus sans chef d'accusation.

    Lire la suite

  • Le monde entier est un théâtre… », disait déjà Shakespeare

    nouvelles du progrès,charlie,liberté d'expression,daniel vanhone

    Abasourdis… Glacés… Qui le nierait, face aux scènes de violence mortelle de la semaine dernière, auxquelles les chaînes-infos nous ont désormais habitués lors de tels évènements…

    A la suite de quoi, dans ce qui paraissait comme une communion nationale, européenne, voire planétaire – « Paris est la capitale du monde », déclarait Fr. Hollande (rien que ça !) – la plupart des gens se sont sentis « Charlie »… n’ayant pour beaucoup jamais ouvert la moindre page de ce canard parfois plus que douteux. A la limite du bon goût. Cultivant la provoc sous prétexte de « Liberté d’expression »

    Lire la suite

  • Georges Wolinski: "Le courage du peuple cubain"

    nouvelles du progrès,wolinski,cuba si france,l'humanitéL'Humanité avait  fait le bilan de cinquante ans de blocus total imposé par les Etats-Unis à Cuba, depuis le 7 février 1962.

    Nous publions ici le point de vue de George Wolinski, dessinateur et président d'honneur de Cuba Si France.

    En 1970, je suis allé à Cuba pour la première fois. Je représentais la France à une exposition de dessins politiques. Ceux que j’exposais avaient été publiés, pendant les évènements de 1968, dans Action,  L’Enragé et Charlie Hebdo.

    Ensuite, invité par le festival de l’humour de San Antonio de Los Banos, j’ai fait de nombreux séjours à Cuba. J’ai pu côtoyer des dessinateurs roumains, coréens du Nord, polonais, tchèques. Place de la Révolution, trois heures durant, j’ai écouté le discours de Fidel Castro. Plus tard, en 1992, j’ai été le président d’honneur de la biennale de l’humour.

    Pour rejoindre Cuba, il fallait partir de Madrid ou de Prague et voyager quelques vingt deux heures. A l’époque, étant donné le blocus américain, 80% de l’économie cubaine, dépendait de Moscou et des pays de l’Est. Puis, il y eut l’effondrement du bloc soviétique et ce fut un coup dur pour Cuba. Le peuple manquait de tout pour vivre comme pour travailler. Charly Bouhana, membre du syndicat de Livre, m’a demandé de le rejoindre pour aider les artistes et les écoliers cubains. Ainsi, est née l’association de solidarité : Cuba Si France. Première initiative : le bateau de la solidarité. Un cargo chargé de cahiers et autres feuilles de papier, de fournitures scolaires, destinés aux écoles.

    Ensuite, l’association a accompagné différents projets d’aide à l’enfance. Il y eut encore un envoi de matériel destiné aux artistes qui ne disposaient plus de rien pour créer. Des artistes liés au gouvernement en place mais qui, malgré tout, ne pouvaient plus travailler.

    Depuis cette époque, Cuba Si France n’a pas cessé de manifester son indignation contre le blocus américain. Il y a deux ans, quand je suis retourné à Cuba, j’ai pu observer le courage du peuple pour résister aux conditions de vie provoquées par l’embargo. J’ai vu défiler un million et demi de jeunes cubains, visiblement en pleine santé, devant un Raul Castro souverain. Pas un n’a crié : « Dégage Raul ! » en passant devant la tribune.

    Le 8 mars, lors de la journée internationale de la femme, j’ai écouté les propos de Mayda Alvarez Suarez, militante du Centre d’Etude de la Femme, organisme sous tutelle du gouvernement. Elle était l’invitée en France de notre association. Après cinquante-deux ans de révolution, Mayda résume la philosophie des Cubaines. A la surprise générale et malgré le peu d’enthousiasme des hommes, elles ont, dit-elle, conquis leur autonomie. L’égalité des salaires est instaurée par la loi et elles peuvent exercer des postes décisionnaires. Et cela, malgré la vie difficile, le manque de denrées alimentaires, les crèches introuvables et la violence en hausse.

    Quant à la natalité, elle décroit. 1,6 enfant par couple. Avant la révolution Mayda explique que de nombre de jeunes filles de 14 ans se retrouvaient enceintes, aujourd’hui, l’âge moyen la natalité est de 24 ans. Qu’en est-il des rapports hommes-femmes ? La formule est envoyée par Mayda : les hommes que veulent les femmes n’existent pas encore. Les femmes que les hommes veulent n’existent plus !   Dans un avenir proche, d’importantes réformes se préparent, comme la perte de 500.000 fonctionnaires. Mayda sourit : « On en a vu d’autres ».