robert1943 robert1943 robert1943

Libres propos: "L'argent et le beurre du foot"

sport,football,stade du manbour,charleroi,sportin

Dernièrement la presse régionale était en transe car les revêtements de terrain de football, les gazons artificiels, étaient fabriqués à partir de pneus usagés représentant un risque cancérigène pour les joueurs de foot, pardon, des travailleurs de haut niveau, car ce sont des travailleurs paraît-il, notez en passant qu'en Belgique, 170 000 travailleurs sont victimes d'accidents du travail sans pour autant faire la une des journaux.

Des travailleurs qui jouent ou des joueurs qui travaillent ? Vous avez le choix de la sémantique. La ville de Charleroi, propriétaire du terrain du Manbourg - où évoluent les rudes travailleurs du Sporting club de Charleroi, mieux connus sous le nom des Zèbres - s'est empressée de remédier à cette situation néfaste pour la santé de ces malheureux travailleurs. Elle a donc procédé au remplacement de ce gazon maudit. Elle a donc déroulé un gazon artificiel à base de liège, plus écologique et surtout moins nocif pour la santé des travailleurs. La santé, ça n'a pas de prix ! Mais justement, ça a un prix mais c'est le contribuable de Charleroi qui régale, qu'il soit supporter ou pas... D'autres villes wallonnes ont imité la capitale du Pays Noir.

 

Lorsque se déroule un match à risques, c'est-à-dire de débordements, les forces de l'ordre interviennent avec un matériel approprié et c'est encore le contribuable lambda qui règle l'addition. Louis Tobback à l'époque où il était ministre de l'intérieur souhaitait faire payer la note par le club de football concerné. La proposition a soulevé un tollé général. "Vous n'y pensez pas, vous allez mettre les clubs à genoux. C'est un sport populaire et il est normal que la collectivité assume les frais d'un sport qu'elle adule..." Voilà le type de propos que la majorité des parlementaires clamèrent d'une voix outragée !

 

Nous venons d'apprendre que les travailleurs/joueurs de notre équipe nationale, Les Diables rouges qui frappent du pied sur la baballe, ces hommes sandwichs grassement payés planquaient leurs fortunes dans des sociétés offshore, terme de la novlangue du monde financier pour échapper à l'impôt (un néologisme désignant les paradis fiscaux). En clair, ces travailleurs qui amassent de rondelets revenus dissimulent leurs revenus au fisc afin d'éviter des taxes ! Essayez-vous de cacher votre maigre revenu au fisc en créant une société offshore au Luxembourg. On vous rira au nez en vous traitant de gagne-petit !

 

En clair, ces travailleurs souhaitent profiter des bienfaits qu'offre la collectivité qui cotise à la caisse commune sans y aller de leur quote-part. Elle en aurait pourtant besoin cette collectivité d'un enseignement entièrement gratuit, d'un accès plus avantageux au infrastructures sportives, d'un réseau routier efficace, d'une de police à son service et non à celui de quelques nantis et pour construire des stades de football, ces milliards évaporés sous d'autres cieux seraient les bienvenus... Le citoyen qui se rendra à la piscine communale avec sa famille pour pratiquer du sport pour s’épanouir et parfaire sa santé (pour éviter de creuser le trou de la sécurité sociale) devra, avant de faire trempette, s'acquitter d'un droit d'entrée à la piscine tandis que le travailleur footballistique sera grassement payé. Il accédera au stade financé par ce même citoyen et tout ça pour le bien de sa santé !

 

Amis supporters, cet article vous est dédié...

 

Freddy Guidé.

 

 

 

Écrire un commentaire

Optionnel