robert1943 robert1943 robert1943

Idoles,…

Les médias ne tarissent plus d'éloges sur les "idoles des jeunes » dernièrement disparues, les unes les plus éloquentes que les autres. On en a presque fait des héros nationaux surtout en France. Les médias ont abondamment surfé sur le populisme, arguant que ces chanteurs étaient extrêmement populaires et ont apporté un supplément d'âme à leurs admirateurs. Vraiment ?

 

Les médias ont oublié leur devoir principal qui était d'informer et ils se sont bien gardé de se pencher sur le passé parfois peu reluisant de certains d'entre eux car ce sont avant tout de redoutables femmes ou hommes d'affaires.

 

Prenons par exemple Johnny Hallyday, outre le chanteur, c'était aussi un délinquant fiscal de premier ordre depuis quarante ans. Il fut condamné plusieurs fois à des peines de prison avec sursis. En 1966, piqué au vif, il avait même commis un plagiat de la chanson "My Crucified Jesus" du chanteur flamand Ferré Grignard en la baptisant "Cheveux longs, idées courtes" en réplique à la chanson d'Antoine "Les Elucubrations".  Ferré Grignard n'a jamais touché un kopeck de ce qu'il faut bien qualifier de vol...

 

Puis, dernièrement, c'est la chanteuse France Gall qui est décédée à l'âge de septante ans. Certes, elle payait régulièrement ses impôts mais j'ai un souvenir précis d'une rencontre que je n'oublierai jamais. C'était au cours des années 80, je ne me souviens plus de la date exacte. A l'époque, j'étais administrateur de la section belge francophone d'Amnesty International (A.I.) et France Gall venait chanter à Forest National. Le directeur d'A.I. Luc Henkinbrant et moi avions sollicité une rencontre avec elle. D'emblée, à l'hôtel où elle logeait, un sbire nous prévint qu'elle ne nous accordait que trois minutes pas une de plus. Les journalistes qui désiraient obtenir un entretien étaient logés à la même enseigne. Nous lui avons demandé qu'elle interprète sur scène son tube de l'époque "Diego, libre dans ta tête" ce qu'elle a accepté d'emblée mais a la question de savoir si nous pouvions installer un stand à l'entrée de la salle de spectacle pour vendre des briquets - c'était tendance d’agiter son briquet allumé durant le concert - nous avons essuyé un refus catégorique. A l'entrée, on vend uniquement MES briquets, répondit l'idole....

Femme d'affaires avant d'être chanteuse...

 

Freddy Guidé

Les commentaires sont fermés.