robert1943 robert1943 robert1943

Rentables des projets sociaux? Vive la privatisation.

C'était une belle et généreuse initiative, un des fleurons du Parti Socialiste de Charleroi : offrir à tous les enfants de travailleurs de Charleroi la possibilité de partir en classe de neige et s'adonner aux sports d'hiver. Né à la fin des années cinquante, Marcinelle-en- Montagne, une proposition de Lucien Harmegnies, bourgmestre de Charleroi et ancien bourgmestre de Marcinelle avait une vocation purement sociale.

Composé de quatre chalets, une capacité d'accueil de 600 lits, Marcinelle en Montagne est situé à Saint-Nicolas-la-Chapelle face au majestueux paysage du Mont-Blanc. Le site était destiné à accueillir les enfants des classes d'écoles primaires. Le but poursuivi n'avait aucune volonté de rentabilité mais portait une vision humaniste. Mais depuis lors, un vent de libéralisme a soufflé même au sein du parti socialiste. Dorénavant tous les projets des villes et communes doivent être R-E-N-T-A-B-L-E-S fussent-ils à caractère social.  Marcinelle-en-Montagne présentait une lourde charge financière pour la ville : 1,7 million d'euros. Une menace pour l'existence du site.

La privatisation voilà la panacée. En 2015, Paul Magnette, l'actuel bourgmestre de Charleroi, estimant que cette "dette" est une gabegie, passe une convention de partenariat d'une durée de 25 ans avec la société "Les balcons du Mont-blanc", une filiale de l'opérateur français de tourisme social "Vacances ULVF" qui s'engage à accueillir 1 300 enfants carolos ainsi que 3 500 familles belges et françaises.

Seulement voilà, la privatisation, ne s'avère pas le remède de cheval espéré, les autorités communales carolos ont été récemment informées de la situation financière délicate de la société "Les Balcons du Mont Blanc", filiale de l’opérateur français "Vacances ULVF" qui exploite le site de Marcinelle-en-Montagne depuis 2015 pour une période de 25 ans.

Selon les informations communiquées à la RCA, la Régie Communale Autonome (RCA), la société a accumulé un déficit de près de 600 000 € sur les deux premiers exercices d’exploitation du site. Les prévisions pour 2017 ne sont pas plus optimistes. Dès lors, l’opérateur a indiqué à la majorité communale que, faute de solution, la société serait contrainte de déposer prochainement le bilan. Soucieuse de sortir de l’ornière le site de Marcinelle-en-Montagne, la ville de Charleroi, en charge du suivi de cette concession, a été saisie, ce mardi 27 juin 2017, d’une proposition de sortie par accord transactionnel de la convention actuelle. Le temps de trouver une solution pérenne et plus équilibrée pour la viabilité du site. Pendant cette période, les traditionnelles classes de neige seront bel et bien maintenues au profit de tous les élèves des écoles de la Ville de Charleroi. La sortie à l’amiable propose en effet de maintenir l’exploitation du site par l’opérateur actuel pour les deux prochains hivers moyennant une aide ponctuelle supplémentaire de la part de la RCA. Cette aide, qui doit être profitable à toutes les parties, sera assortie de l’obligation d’investissements en matière d’économies d’énergie, principale cause de la difficulté financière.

Par ailleurs, afin de permettre que les classes se déroulent au mieux, l’organisation sera quelque peu modifiée. Elles seront ainsi recentrées sur deux chalets au lieu de quatre actuellement. Un suivi étroit des termes de cette convention de sortie sera confié à la RCA. Cette solution permettra d’assurer avec sérénité la tenue des classes de neiges des deux prochaines années, le temps de mettre en place une analyse approfondie des opportunités et de consulter tous les acteurs susceptibles de proposer des solutions durables...

Nous voilà de retour à la case départ. La privatisation à tout crin prôné par les adeptes du néolibéralisme ne s'avère pas le remède miracle escompté et dès que cela sent le roussi, on s'empresse de tendre la sébile vers les services publics à qui ces mendiants ne cessent de reprocher leurs coûts, exorbitants...

Freddy Guidé 

Commentaires

  • La privatisation, c' est aussi un des gros dadas, un des buts, de l' euro-dictature capitaliste À laquelle pratiquement tous les partis de "gauche", du centre, de droite, ainsi que les syndicats rÉformistes intÉgrÉs se soumettent, en espÉrant, en attendant enfin, l' europe sociale, ... on est donc sur le bon chemin, ... l'espoir fait vivre !

Les commentaires sont fermés.