robert1943 robert1943 robert1943

07/03/2016

Libres propos: "C'ÉTAIT MIEUX AVANT..."

Coût-de-la-vie-en-Turquie-Livres-turques-Turkish-liras.png

A propos de tout et de rien, on entend cette phrase empreinte de conservatisme : "C'était mieux avant". Avant quoi ? On ne sait pas trop ! Faut-il comprendre : "C'était mieux avant, quand j'étais jeune". Une expression nostalgique mais était ce réellement mieux avant ? Revenons un instant à la grève des ouvrières de la FN en 1966.


Voyons du côté des salaires en 1966 à la Fabrique Nationale de Herstal.

Réviseuses et réviseurs :

32 francs belges (0,80 euro) de l'heure pour les femmes et 43 FB (1,075 euros) pour les hommes.

Emballeuses et emballeurs :

32 francs belges (0,80 euro) de l'heure pour les femmes et 43,87 FB (1,10 euro) pour les hommes.

Manœuvres

36,88 francs belges (0,797 euro) de l'heure pour les femmes et 41,49 FB (1,08 euro) pour les hommes.

Travail aux machines

36,42 francs belges (0,915 euro) de l'heure pour les femmes-machines et 50,77 francs belges (1,23 euro) pour les hommes spécialisés machines. Avec une différence d’appellation qui en dit long sur la reconnaissance des unes et des autres. A l'époque, les travailleurs prestaient encore 45 heures semaine. 

Les femmes de la FN revendiquaient une augmentation de salaire de 5 francs belges (0,125 euro) de l'heure. Concrètement qu'est-ce que cela représentait dans le panier des ménagères en 1966 ?

5 francs, c'est le prix d'un kilo de pommes de terre soit 0,125 euro. Aujourd'hui, 50 ans plus tard, le même kilo de pommes de terre coûte 1,19 euro soit environ 9 fois plus cher.

Pour 2 l de soupe en poudre Royco on déboursait 12 francs soit 0,30 euro. Aujourd'hui la même soupe mais d'une autre marque est à 2 euros soit 6,5 fois plus chère.

Une boite d'un litre de soupe aux tomates Unox mais sans boulette coûtait 14 francs soit 0,35 euro. Aujourd'hui, la boite de soupe aux tomates Carrefour (la marque Unox a disparu) s'élève 1,20 euro, soit 3,5 fois plus aujourd'hui. A cette époque, le kilo de tomates s'élevait s'élevait à 20 francs soit 0,50  euro. En 1966, on ne trouvait guère de tomates en cette saison d'hiver. Aujourd'hui le kilo de tomates au mois de février vaut 3 euros soit six fois plus cher... 1 kilo de champignons (même remarque qu'à propos des tomates) était à 60 francs (1,50 euro) et les prix actuels sont à 3 euros le même kilo.  1,5 fois plus cher qu'en 1966. Un rôti  de porc de 500 g vaut 36  francs soit 0,90 euro, aujourd'hui il est à 4,50  euro (5 fois plus cher). En 1966 un imperméable d'enfant coûtait 1.195 francs (environ 30 euros). De nos jours, chez H&M,  un imperméable d'enfant moyen s'élève à environ 80  euros environ 2,5 fois plus cher. Bien sûr, il y a des imperméables plus chers mais il en a de moins chers et on peut se procurer cet imperméable au même prix qu'en 1966.

Voyons du côté des salaires. Prenons le salaire le plus élevé, celui d'un réviseur de la FN par exemple. Cet ouvrier travaille 45 heures semaine pour un salaire brut de 1,075 euro. Sur le mois il totalise 180 heures  (pour un mois de 4 semaines). Il percevait un salaire brut de 193,5 euros par mois. Aujourd'hui, je suis à la retraite. Je perçois une modeste retraite d'environ 1270 euros net d'impôt soit 6,5 fois plus que l'ouvrier réviseur qui touchait un mois de 193,5 euros. Avec mon épouse, nous sommes propriétaires de notre appartement. En 1966, il n'est pas certain qu'un couple de travailleurs soit propriétaire de sa maison.

Selon une étude publiée par la Faculté universitaire des sciences agronomiques de Gembloux, un ménage en 1966 consacrait 52 % de son budget mensuel à l'alimentation et aujourd'hui, un ménage en  consacre 17 % pour ce même poste. Dans ce même poste, il faut compter en nourriture extérieure, c'est-à-dire, restaurants restauration rapide etc... 19 % du budget sont investis dans la mobilité (voiture, vélo, train, tram, bus). Davantage que la nourriture. Le travailleur de 1966 allait-il souvent au restaurant ou snack ? Dans mes souvenirs, nous nous offrions un cornet de frites de temps en temps et cela constituait notre restaurant...

On peut consulter cette étude sur le site :

http://agriculture.wallonie.be/apps/spip_wolwin/IMG/pdf/E...

Alors c'était mieux avant ?

Freddy Guidé

21:18 Écrit par nouvelles dans Actualité, économie, repas, société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.