robert1943 robert1943 robert1943

L'oeuvrier de la chanson nous a laissés.

 

escudero.jpg

Le chanteur et compositeur engagé Leny Escudero est décédé vendredi à 82 ans, a annoncé son épouse. Romantique et révolté, Leny Escudero est devenu célèbre dans les années 1960 avec sa ballade "Pour une amourette" mais son répertoire est surtout marqué par la dénonciation des injustices.

Leny Escudero, de son vrai nom Joaquim Escudero, devenu célèbre dans les années 60 et 70 avec des titres comme "Pour une amourette" et "Ballade à Sylvie", est mort "des suites d'une insuffisance respiratoire aiguë".

 Leny Escudero. "Ma vie n'a pas commencé"

Son père (d'origine gitane) et sa mère (d'origine marrane), sont des républicains espagnols, analphabètes, qui quittent leur pays ravagé par la guerre civile en 1939 et se réfugient à Mayenne.

Leny fréquente l'école communale de garçons de Mayenne-Ouest. Il passe sa jeunesse à Mayenne, où il se marie. Il s'installe à Paris dans le quartier de Belleville. Par la suite, il survit grâce à des petits métiers : il commence par être terrassier et installe des canalisations, la pioche à la main. Il devient ensuite carreleur à Hussigny-Godbrange et s'établit à son compte.

Sa carrière de chanteur commence en 1957. En 1962, il sort chez Bel-air son premier disque (Ballade à Sylvie, Pour une amourette...), et c'est le succès, la célébrité. Pourtant, il abandonne tout pour un tour du monde : Amérique du Sud, Moyen-Orient, États-Unis, Russie, Afrique, il va partout. Au Dahomey, il construit une école « en dur » en pleine brousse.

 

Son album Escudero 71 reçoit le Grand prix de l'Académie Charles-Cros.

 

Dans les années 1970 à 1990, il représente une certaine chanson française à thèmes. Auteur-compositeur-interprète, il écrit des textes traitant de sujets souvent graves, tels que la guerre d'Espagne (album Vivre pour des idées, 1973), les dictatures, et la maltraitance des habitants de notre planète (album la Planète des fous, 1977), ou encore de la fuite du temps.

Il a fait quelques apparitions dans des films et des séries télévisées, et participé à quelques bandes originales de films.

 

Communiste dans l'âme, il n'avait jamais totalement accepté les règles du show-business. On lui doit également des chansons comme "A mal y pense", "Parce que tu lui ressembles", "Vivre pour des idées", "Le bohémien", "Petite mère", "La malvenue", "Le vieux Jonathan", "Le siècle des réfugiés" ou "Le cancre".

 

Avec ses cheveux longs tombant jusqu'aux épaules, son visage émacié et son blouson noir, Leny Escudero se flattait d'avoir "fait parfois des concessions mais jamais de compromis". Inlassable militant, il était capable de refuser des galas lucratifs pour aller construire un hôpital au Dahomey ou une émission de télévision pour soutenir une grève des caméramen.

 

L'école Leny Escudero de La Baconnière.

 

Marié à Celeste Bettencourt Escudero il vit ses dernières années à Giverny (Eure), près de Vernon. La Mayenne ne l'a pas oublié: l'école publique de La Baconnière, un village de ce département, porte son nom.

Il est le père de trois enfants, Christine, Julian et Stefany. Et deux de ses petits-enfants (8 au total), Kévin et Marvin (à la basse et à la guitare) remplacent Julian, qui participait à tous les concerts de Leny et qui a composé la musique d'une partie de ses chansons. En mars 2013, il publie son autobiographie, Ma vie n'a pas commencé, aux éditions Le Cherche midi. Il venait de publier cette année le deuxième tome de sa biographie, "Le début...la suite...la fin".

 

Fabrice Savel avec AFP

Humanite.fr

 

---------------------------------------

 

L'oeuvrier de la chanson nous a laissés.

On a du mal à le croire, on a du mal à s'y faire, il était si discret et si présent dans nos coeurs. L'ami Lény Escudéro est décédé. L'ouvrier devenu chanteur, l'artiste-oeuvrier titulaire du prix de l'académie Charles Gros en 1971, le poète berçant nos soirées avec sa "Ballade à Sylvie" ou "Pour une amourette", le citoyen du monde, réfugié de la guerre civile Espagnole, qui chantait " Le siècle des réfugiés" ou "Le bohémien", l'enfant de La Mayenne puis de Belleville, le militant de la solidarité, le communiste dans l'âme comme il disait, l'ami de l'Humanité va nous manquer terriblement. Lény l'authentique ne goûtait pas aux systèmes du business, il aimait le public, les concerts. Il terminait une biographie en plusieurs tomes, il appellait cela " le début... la suite... et la fin..."

 Il nous laisse là, la gorge nouée, les yeux mouillés. Nous ne t'oublierons pas Lény... Ta voix si émouvante est en nous. Ton oeuvre vivra.

Hommage de Patrick Le Hyaric , député européen PCF

Les commentaires sont fermés.