robert1943 robert1943 robert1943

09/07/2015

Foulard, vous avez dit foulard ?

 

nouvelles du progrès,mathilde,foulard,mantille,freddy guidé

Libres propos

Le port du foulard fait couler beaucoup d'encre. Il est vu comme un signe ostentatoire d'appartenance religieuse. Même si ce n'est pas clairement énoncé, le débat autour du foulard vise essentiellement la communauté musulmane. Auparavant, les signes d'appartenance religieuse ne posaient guère de problème mais depuis que des filles viennent à l'école la tête couverte d'un fichu, voici que tout à coup, cela pose problème... Et puis tout dépend de qui porte ce fichu...


Le 8 mars dernier, Mathilde Marie Christine Ghislaine d’Udekem d’Acoz, Sa Majesté la reine des Belges, se répandait sur deux pages dans le quotidien Le Soir à propos de la journée internationale des droits de la femme.

 

le lendemain, le 9 mars,  le couple royal belge rendait visite au pape François au Vatican. La grande question que se posaient les journalistes était de savoir si le Roi Philippe s'agenouillerait devant le pape comme le fit son illustre Albert II de père. Mais aucun de ces journalistes n'émettait son avis sur la tenue vestimentaire de Sa Majesté la reine des Belges. Je ne me prononcerai  pas sur son habit en tant que tel mais plutôt sur le couvre-chef qui ornait sa royale tête. Elle s'est en effet présentée devant le  pape François couverte d'une mantille comme l'avait fait avant elle sa francophile tante Fabiola ou sa charismatique belle-mère Paola. Cette mantille est un voile caractéristique des branches les plus conservatrices de l'Église catholique.

 

La mantille (la manta en espagnol, littéralement "petite couverture") fut à partir du XVIIIè siècle en Espagne,  le couvre-chef usuel à la messe. Tout un temps  rendu obligatoire par le droit canon, le port de ce fichu hautement symbolique n'est plus imposé aux fidèles depuis 1983, mais l'usage subsiste quand les "grands" de ce monde se rendent au Saint-Siège.

 

On se souvient d'ailleurs que d'autres "premières dames"  l'ont adopté à l'instar de Michèle Obama en 2009, lors d'une visite avec le Président Barak Obama. Pour l'occasion, Michèle portait une longue robe noire et couverte d'une mantille, elle qui est apparue plus frondeuse lors des funérailles du roi d'Arabie saoudite, cheveux au vent et vêtements colorés dès sa descente d'avion. Aux  yeux de certains, Elle fut un instant l’égérie de la femme libre...

 

Mais revenons à la mantille. Angela Merkel, ne s'est pas encombrée de cet accoutrement, lors de sa visite  chez le Pape François,  refusant de se soumettre à un usage d'un autre temps.

 

"Se soumettre" est bien le terme puisque le port de la mantille est conforme à la première épître de saint-Paul  aux Corinthiens qui dicte en son chapitre 11 que – accrochez vous ! : "Toute femme qui prie ou prophétise sans avoir la tête couverte fait honte à son chef {...}. L'homme lui, ne doit pas se couvrir la  tête  puisqu'il est image et gloire de Dieu et la femme  est la  gloire de l'homme. Ce n'est pas l'homme, en effet, qui a été  tiré de la femme, mais la femme qui  a été tirée de l'homme et  ce n'est pas l'homme qui a été créé à cause de la femme mais la femme à cause de l'homme. C'est pourquoi la femme, doit à cause des anges, avoir sur la tête un signe de sa  sujétion".

 

Outre que l'on peut s'interroger – c'est un euphémisme – sur le port d'un signe convictionnel par la femme - au statut ambigu – de notre chef d'état dans le cadre d'une visite officielle, ètait-il opportun de s'affubler de cette mantille à la genèse douteuse, le lendemain de belles déclarations  au sujet de la journée internationale des droits de la femme ?

 

Où étaient donc les pourfendeurs du port du foulard, signe ostentatoire d'appartenance religieuse ? Pourquoi ce silence quand il s'agit de Sa Majesté la reine de Belgique ?

 

Freddy Guidé

Les commentaires sont fermés.