robert1943 robert1943 robert1943

20/02/2015

Libres opinions: "Les attentats djihadistes, comment nous en sommes arrivés là?"

LArabie.jpges USA et son bras armé, l'OTAN, principalement composé de pays européens dont la France, interviennent régulièrement au Moyen-Orient depuis une vingtaine d'années. La France protège ses intérêts en Centre Afrique en y envoyant ses forces armées. Sarkozy aidé de son ami Cameron ont bombardé la Libye pour renverser Kadhafi, devenu trop gênant. A la suite des attentats du 11 septembre 2001, W Busch ouvrait la prison de Guantánamo, un pénitencier militaire extraterritorial dans lequel tout est permis, et où sont essentiellement enfermés des musulmans. La plupart sont détenus sans chef d'accusation.


Ils sont condamnés par la justice militaire, enfermés dans des conditions dégradantes et soumis à la torture. Une partie d'entre eux est accusée d'avoir ourdi les attentats du 11 septembre 2001 tandis que d'autres ont été capturés dans les différentes zones d'interventions militaires américaines. Malgré les promesses de fermeture d'Obama, la prison de Guantánamo existe toujours.

Les attentats du 11 septembre  2001 ont fourni un excellent alibi pour  envahir l'Irak, et déboulonner Saddam Hussein qui après avoir aidé les USA était lui aussi devenu encombrant. Il fut capturé et promptement exécuté après un simulacre de procès. L'Irak était également accusé de détenir des armes de destruction massive, accusation totalement fausse, prétexte à une intervention militaire. Certes, ces dictateurs étaient fort peu sympathiques mais avaient bien servi les intérêts occidentaux. Il fallait cependant redessiner la carte du Moyen-Orient selon  les nouveaux  intérêts stratégiques étasuniens. En Irak, les soldats américains ont torturé des hommes de manière odieuse comme à la prison d'Abou Ghraib. Des images ont circulé dans le monde entier montrant des musulmans tenus en laisse et avilis sans aucune raison, des pratiques contraires aux Droits de l'Homme.

Même chose en Centrafrique où les Français n'hésitent pas à soutenir des régimes  peu recommandables. François Hollande à tenté à plusieurs reprises de renverser Bachar El Assad en Syrie mais en vain... Toutes ces interventions militaires ont un coût humain imposé aux populations même si on a tenté de nous faire croire qu'elles étaient épargnées grâce aux frappes chirurgicales...

Dernièrement, à propos de la tuerie de Charlie-Hebdo, Michel Onfray déclarait, sur un plateau de télé, que "la France et l'Europe en général menaient une politique étrangère résolument islamophobe. Depuis bientôt vingt ans, nous bombardons essentiellement des pays musulmans. Comment dés lors s'étonner de réactions aussi radicales que celles du mouvement Daesh ?" Des propos que ne voulaient pas entendre les journalistes présents sur le plateau.

La naissance du mouvement radical Daesh est le produit résultant de toutes les incursions successives au sein des pays qui composent le Moyen-Orient. Le but poursuivi par Daesh et de former le grand  califat du Moyen-Orient dirigé par le calife autoproclamé Abou Bark al-Baghdadi et mettre fin à la présence occidentale sur ce territoire. Le mouvement djihadiste ne mène pas une guerre conventionnelle et décide de procéder par  une série de mesures de rétorsion en Occident et particulièrement en France, en Belgique et menace les USA...

Les méthodes de l'Etat Islamique : punitions publiques, ablation des mains pour les voleurs, les décapitations, le fouet et autres joyeusetés, à juste titre, nous révulsent. Cependant ces procédés sont également monnaie courante en Arabie Saoudite où nous  envoyons diverses missions économiques. Il s'agit d'entorses aux Droits de l'Homme dont nous nous gaussons à longueur de journée et que nous taisons volontairement... Le business avant tout! Et pour la cause, les femmes qui participent à ces missions ne se font pas prier pour revêtir le foulard, protocole oblige! Quand le roi d'Arabie saoudite passe à trépas, nos représentants se précipitent pour  assister aux funérailles. Mais surtout pas un mot concernant l'opposant condamné à recevoir mille coups de fouet et ces femmes emprisonnées pour avoir osé passer leur permis de conduire. Un peu de décence, voyons ! Nous sommes ici pour faire des affaires et ce pays n'est-il pas notre principal fournisseur de pétrole ?

Après le terrible attentat qui a décimé la rédaction de Charlie-Hebdo le 7 janvier 2015, la presse a noirci des pages entières avec l'avis de spécialistes qui ont répandu leur indignation et leurs solutions pour éradiquer ce nouveau phénomène. Pas une de ces belles âmes ne s'est interrogé sur notre rôle aux côtés des Etats-Unis au Moyen-Orient. Un ministre a proclamé que nous devions défendre nos valeurs. Quelles valeurs Monsieur le Ministre ? Celles qui consistent à transformer un évènement tragique en une vaste opération de communication politique voire en marketing commercial? Celle qui consiste à acheter 40 avions américains F-35 pour 6 milliards d'euros et d'autres machines à massacrer des populations alors que les travailleurs de ce pays sont priés de faire ceinture ? Ou ces valeurs consistent-elles à envoyer nos troupes et nos bombardiers là où nos "amis américains" nous dictent d'aller? Celles qui consistent à détourner le regard quand des populations entières se font massacrer sous nos yeux ? Ces valeurs qui consistent à laisser végéter une certaine jeunesse issue de parents venus collaborer à l'expansion de notre économie ? En défendant le droit des femmes mais en fermant les yeux sur les discriminations salariales entre les travailleuses et les travailleurs de chez nous ?

Le recrutement de candidats djihadistes en Europe est efficace en mettant le doigt là où l'Etat fait défaut. La radicalisation et le recrutement pour le djihad s'effectue principalement dans les quartiers où se concentre une jeunesse  d'origine immigrée en déshérence. Car, ces recruteurs ont bien compris que c'est là que se concentre principalement les rancoeurs. Un jeune de Molenbeek témoigne dans la presse (prénom d'emprunt): "Je suis Belge, je possède un diplôme d'ingénieur en informatique. Dernièrement, une société recrutait un informaticien. J'ai postulé et elle était intéressée. Quand j'ai déclaré à mon interlocuteur que j'habitais Molenbeek, il y eut un long silence. Ensuite, j'ai dit m'appeler Mourad, et comme par enchantement, l'emploi était  indisponible. Ce type de situation se répète régulièrement. En rue, il m'arrive d'être contrôlé par la police deux fois sur la même journée alors que mes amis, belges de souche ne connaissent pas de contrôle. Les attentats chez Charlie-hebdo ? Oui mais quand l'armée israélienne bombarde une école à Gaza, et fait 200 victimes. Principalement des  écoliers qui meurent dans l'indifférence totale...". Ce témoignage résume à lui  seul combien il est commode pour ces fascistes religieux de radicaliser des jeunes abandonnés à leur sort.

La Belgique n'avait pas connu un attentat  aussi dramatique qu'à Paris ni la vague populaire qui avait fait bloc autour du Président de la république dont la cote de popularité était brusquement rehaussée. Nos pandores allaient sauver la mise. Le 15 janvier, une semaine après la tuerie de chez Charlie-hebdo, des perquisitions furent simultanément menées à Vilvorde, Molenbeek et Verviers. C'est dans la cité lainière qu'eut lieu une spectaculaire opération policière. Des suspects étaient rassemblés dans un appartement de la rue de la Colline, près de la gare. Selon les déclarations de la police, ces jeunes  hommes étaient rassemblés en vue de préparer un attentat. Les valeureux robocops n'ont pas hésité une seconde, ils sont entrés dans l'immeuble sans crier gare et ont canardé l'appartement tuant au passage les deux principaux suspects. Puis, ils ont jeté des grenades incendiaires...Pourquoi ne pas les avoir arrêtés pour les cuisiner afin de savoir ce qu'ils mijotaient ? Heu chef ! On n’y a pas pensé...

Dans la seconde, les médias nous matraquaient à longueur de journée : "à Verviers, un important attentat déjoué par la police"...suivi de longs débats.

Quelques jours plus tard, l'armée était dans rues, une vieille marotte chère à la droite. Notons en passant l'aide de l'armée pour épauler la police était une mesure qui figurait au programme du Ministre de l'Intérieur. C'était l'occasion de la concrétiser. Et personne n'y trouvera rien à dire. Notre Charles Michel national redorait son blason à bon compte car nous avions échappé au pire. Ouf, la Belgique était sauvée...

Freddy Guidé

 

 

 

Les commentaires sont fermés.