robert1943 robert1943 robert1943

02/10/2014

Naissance du Parti Communiste au Pays de Charleroi.

nouvelles du progrès,parti communiste de belgique,henri glineur,jacques lemaîtreFrancis Poty, "Rouge et Noire – 1’Histoire de la démocratie et du mouvement ouvrier au Pays de Charleroi", Editions du P.A.C. de Charleroi, 1979, Tome 11, p. 96.

Henri Glineur, Mandelier, Byloo, Leclerq et d'autres fondent en septembre 1920 la première section communiste du pays de Charleroi, laquelle est présidée par Henri Glineur.

Ecoutons Henri Glineur à ce propos:


Au Pays Noir, dans nos communes ouvrières du Pays de Charleroi, les événements qui avaient précédé la guerre de 1914, et cette guerre elle-même, avaient, comme dans les autres régions industrielles du pays, jeté un certain désarroi parmi les travailleurs révolutionnaires.  Ceux-ci avaient rallié jadis avec confiance les rangs du P. 0. B. mais ils s’apercevaient que la politique suivie par celui-ci n'était plus socialiste, n'était plus révolutionnaire.

En 1918, lorsque le P. O.B., ses syndicats, ses Jeunes Gardes, reprirent leurs activités, un certain nombre d'ouvriers ne rejoignirent les rangs qu'avec la ferme décision d'y lutter pour amener le Parti Ouvrier à abandonner ses positions réformistes.  Immédiatement, il apparut aux ouvriers révolutionnaires que les chefs du Parti mettaient tout en œuvre, toutes les manœuvres, toutes les pressions. tous les mensonges pour écraser l'opposition ouvrière à leur politique.

En revanche, si les occasions de se décourager ne manquaient pas de ce côté, les raisons de continuer la lutte avec confiance étaient nombreuses aussi.- la Grande Révolution socialiste d'Octobre dressait devant le monde son flambeau étincelant.  Les travailleurs révolutionnaires se tournaient vers elle et puisaient dans son exemple, dans l'exemple de Lénine, les leçons pour les luttes à venir et les raisons de les engager avec confiance.

Ces grands événements, qui venaient de faire changer de base un immense pays, provoquaient de nombreux remous au sein du P. 0. B. à Charleroi, plus particulièrement au sein des Jeunes Gardes Socialistes.  Membre de la section J. G. S. de Jumet-Gohyssart, nous y menions avec quelques camarades, la lutte pour le soutien sans réserve de la Révolution russe, tout en attaquant à chaque occasion le réformisme des chefs du P.O.B. et des Jeunes Gardes.  Nous allions aux manifestations avec notre calicot propre qui faisait sursauter bourgeois et chefs du P.O.B.. Nous criions nos mots d'ordre de lutte, nous les répandions à chaque occasion.

Un jour de 1920, notre groupe présenta à la Fédération des J. G. S. de Charleroi une motion réclamant l'affiliation à l'Internationale des Jeunesses Communistes.  Cela déclencha la grosse artillerie des réformistes.  La résolution fut rejetée et ses partisans traités de tous les noms par les dirigeants.

Mais cela ne nous découragea nullement.  Nous avons présenté la même motion à la section de Jumet-Gohyssart.  Là, elle fut approuvée à la quasi unanimité.  Mais le président de la section déclara le vote nul, interdit aux partisans de la motion de se réunir à la Maison du Peuple. Pratiquement, c'était l'exclusion.

Des J. G. S. de Bruxelles avaient subi le même sort.  Peu de temps après pourtant, avec une douzaine de camarades, nous décidions de constituer un groupe communiste et de prendre contact avec nos camarades de Bruxelles.

Le premier groupe communiste était fondé au Pays de Charleroi.  Peu après, en septembre 1920, nous constituions un groupe de Jeunesse Ouvrière et Syndicale, en sous-section du syndicat des Chevaliers du Travail de Roux-Aiselies.  A l'unanimité de ses 175 membres, ce groupe de jeunes ouvriers révolutionnaires vota son adhésion à l'Internationale des Jeunesses Communistes.

... Peu après, un autre groupe se constituait à Marchienne-Docherie.  Différents groupes, composés surtout de jeunes, d'anciens J. G. S., établirent des contacts entre eux et bientôt se groupèrent autour de leur journal « L'Ouvrier Communiste » et demandèrent leur affiliation à l'internationale Communiste.

Au même moment, d'autres groupes communistes se formaient aussi au Pays Noir à l'initiative de notre camarade Jacquemotte et des Amis de l'Exploité.  Ces sections furent organisées à Châtelet, à Châtelineau, à Mont-sur-Marchienne, et dans diverses communes de la région. ...

Dans l'immédiat l'action militante va se développer notamment dans les sections des Chevaliers du Travail qui sont restées autonomes en tant que petites cellules syndicales regroupant des disciples de Jean Callewaert.

Et cette action maintiendra un aspect très critique à l'égard de la Centrale socialiste des mineurs.

L'affrontement devient inévitable entre les deux fractions de la gauche qui se sont ainsi constituées.  De jeunes ouvriers syndiqués tentent de créer des cellules autonomes. Les jeunes militants groupés derrière Henri Glineur depuis 1919 se trouvent de nouveaux compagnons pour mener la contestation au sein des organisations socialistes.

La « Jeunesse Ouvrière et Communiste » se dresse à présent face à la Fédération des J.G.S. dirigée par Dutilleul et Yernaux.

A suivre

 

 

 

Les commentaires sont fermés.