robert1943 robert1943 robert1943

20/09/2014

LES CHEVALIERS DU TRAVAIL APRES LA NAISSANCE DU P.C.B.

nouvelles du progrès,parti communiste belge,1921,francis potyAu lendemain de la guerre 14-18, les ouvriers mineurs du Pays de Charleroi adhèrent en masse à la Centrale syndicale reconstituée avec Lombard comme président et toujours Falony comme secrétaire, Centrale qui compte en mars 1919: 12.005 membres.  Deux sections vont cependant marquer leur opposition au congrès de janvier: celle de Montignies-sur-Sambre et celle de Roux-Aiselies.  D'autres affichent leur autonomie.  De petites cellules syndicales regroupent les « Disciples de Jean Callewaert ».


ean Callewaert est mort trois jours avant l'Armistice.  Sa succession s'avère difficile.  C'est son autorité et son prestige qui préservaient l'unité des Chevaliers du Travail.

Francis Poty fait à ce propos le commentaire suivant:

Dans le Bassin de Charleroi, l'adaptation aux nouvelles structures se révèle plus délicate qu'en d'autres lieux.  De nombreux mineurs restent marqués par l'esprit de localisme qui puise ses sources dans l'histoire de l'Ordre des Chevaliers du Travail.  La guerre n'a pas effacé les souvenirs, les habitudes héritées de ces temps déjà lointains où chaque union de mineurs vivait dans le secret, repliée sur elle-même.  D'aucuns se souviennent encore des rites mystérieux qui faisaient des K of L. une franc-maçonnerie pour ouvriers.  La guerre n'a pas effacé leur nostalgie du passé, leur opposition au centralisme.

 A suivre dans le prochain exemplaire de Nouvelles

 

Les commentaires sont fermés.