robert1943 robert1943 robert1943

22/07/2014

Overdoses médiatiques

freddy guidé,nouvelles,le progrès,les médiasCes derniers temps, les médias nous servent des informations ou événements jusqu'à saturation. On apprend ainsi par la presse people des banques que BNP Paribas se voit infliger une amende d'un montant de 10 milliards de dollars par les Etats-Unis. Mais  BNP Paribas nous rassure d'emblée. Elle peut faire face. Ouf, on respire. De toute façon, le pactole qu'ils ont laborieusement amassés, c'est le blé du client de la dite banque et une partie de celui des contribuables, puisque l'Etat belge détient encore 10,3% d'actions.


Nous apprenons, toujours par  la presse people des banques, que la banque  a les reins solides. En 2013, elle  affichait un bénéfice net de 4,8 milliards d'euros et avait distribué 1,87 d'euros de  dividendes à ses actionnaires. Voilà un beau métier, actionnaire. On n'en fait pas une et à la fin de l'année, on reçoit son petit pécule... Mais pourquoi au fait une telle amende ? Quel délit a  pu commettre cette vénérable banque. Je ne me fais d'ailleurs aucun souci à propos de cette banque en particulier. Comme disait Brecht "Qu'est-ce qui est condamnable: dévaliser ou fonder une banque ?"

BNP Paribas  s'est vu infliger cette gigantesque amende tout  simplement parce que sa filiale suisse a traité avec des "ennemis" de nos amis américains, l'Iran, le Soudan et... Cuba. Oui, vous avez bien lu: Cuba. Et tout ça en dollars.... Ne croyez pas que Cuba a envoyé sa soldatesque à l'assaut des USA, que ce petit Poucet pointe des armes  de destruction massive sur le géant situé à quelques encâblures de La Havane. D'ailleurs, regardez une carte: "Qui fait ombrage à l'autre?" Le crime impardonnable de Cuba est d'user  d'une politique qui a le tort de déplaire au géant américain. Et aux USA, on ne plaisante pas avec ce genre de crime.

Autre évènement servi à satiété. Le 60ème anniversaire du débarquement en Normandie. Le jour J, qui ,pour son anniversaire, a été rebaptisé D-Day. Alors là, les médias ont fait fort : émissions spéciales en radio et en télé, un véritable Disneyland...Des pages entières dans les quotidiens, des magazines totalement consacrés à cette vaste opération de propagande. Et ne dites surtout pas de mal de nos L-I-B-E-R-A-T-E-U-R-S ! N'allez surtout pas  dire, comme j'en ai eu la mauvaise idée,  à ma vieille voisine, que les Ricains n'ont pas débarqué en 1944 pour nous libérer mais pour stopper l'avancée fulgurante de l'Armée rouge. J'ai failli me faire étriper. Cependant, les chiffres sont têtus. Pour la durée de la seconde mondiale, les troupes américaines ont perdu 418.000 militaires et 1.700 civils. Beaucoup sont morts dans les combats contre  le Japon. Parmi ces militaires, de nombreux noirs, des citoyens de seconde zone dans ce grand pays démocratique. Cet aspect des choses, on l'a un peu oublié dans les médias. De même le lourd tribut payé par l'Union soviétique qui a perdu 12 millions de soldats et 15 millions de civils. Ces faits ont été également volontairement écartés par nos chers médias.

Mais un évènement évoqué jusqu'à l'écoeurement, doublé d'une vaste opération commerciale fait les choux gras des médias. Je veux parler des diables rouges au Brésil pour jouer la finale de la coupe du monde. Aujourd'hui, pas une page de votre quotidien qui n'évoque ces millionnaires en culottes courtes. Il font un  petit vent de travers et c'est parti pour un article sur les chances de la Belgique d'emporter la coupe et gagner le Mondial.

Gagner quoi, je vous le demande ? Ceux qui tireront les marrons du feu ce sont ces diables rouges qu'ils perdent ou gagnent le match, palperont des centaines de fois le salaire des pauvres bougres qui ont construit le stade. Jusqu'à présent, l'organisation du Mondial, dans un pays où le secteur de la santé et de l'enseignement manque cruellement de moyens, a déjà coûté 12 milliards de dollars !

Dernièrement, le journal allemand
"Die Welt" évoquait les luttes des clans autour du stade pour y placer leurs prostituées dont beaucoup ont à peine 13 ans. Parce que le supporter bien imbibé aura besoin de consommer  de la  chair fraiche, celui-là même qui participera à une marche blanche quand la pédophilie se  manifeste de manière criante près de chez lui. Mais le Brésil, c'est loin. ! Et toujours selon "Die Welt", la Fifa ne veut pas intervenir et préfère se mettre  la tête dans le sable. Michel Platini espère lui que des manifestations et des troubles sociaux  ne viennent pas perturber le déroulement des compétitions. Que les pauvres aient la décence d'exprimer leur colère à un autre moment...

Sur le plan commercial pas une grande surface qui ne vous propose ses produits - notez également le glissement sémantique, "Red Devels" -. Pas un produit n'échappe à l’emballage noir, jaune ,rouge. Depuis les saucisses pour apéritif jusqu'au sac  de charbon de bois en passant les bacs de bière. Vivement que cette sauterie se termine pour balayer cette débauche de drapeaux belges....

Freddy Guidé

 

Les commentaires sont fermés.