robert1943 robert1943 robert1943

09/05/2014

"C'était avant mon temps"

 

nouvelles du progrès,suisse,ems chemie

Christophe Blocher, le propriétaire de Ems-Chemie, est rarement si avare de paroles. Interrogé sur la carrière à Auschwitz de l'ex-directeur de recherche à Ems, le Dr Johann Giesen, Blocher ne se laisse arracher que cette réponse lapidaire: "Le Dr Giesen a travaillé à Ems avant mon temps, dans le secteur chimie des polymères qui fabriquait la matière première pour des fils de synthèse et les fils eux-mêmes. Je suis entré à l'Usine d'Ems en 1969 en tant qu'employé à mi-temps. C'est pourquoi je ne suis pas en mesure de vous répondre".


Par ailleurs, Blocher rétorque que tous les faits reprochés à Giesen lui sont inconnus. Blocher a manifesté substantiellement plus de penchant pour l'histoire lors du débat en mars 1997 sur les biens juifs en déshérence et sur les relations commerciales entre la Suisse et l'Allemagne Nazie. A cette époque, il avait déclaré devant le Parlement: "Je me réjouis que les politiques trouvent enfin nécessaire de discuter sur le passé". IL s’agirait "d'une époque si exceptionnelle" qu'il serait difficile "de ne pas s'en préoccuper en permanence". Blocher a également laissé entendre qu'en tant qu'industriel, il s'intéresserait à l'histoire de l'économie. On cherche pourtant en vain chez Blocher le moindre début de commencement de préoccupation autocritique concernant l'histoire de sa propre entreprise.

Dans son discours "La Suisse pendant la deuxième guerre mondiale – une clarification", Blocher vitupérait contre "le soi-disanttravail sur l'histoire", contre ces "prétentieux, hypocrites et autres moralistes", il entendait par là les intellectuels critiques et "les organisations juives qui nous réclament de l'argent"
. Il s'est opposé au "Fonds Holocauste" en faveur des victimes des persécutions nazies.

Pendant la campagne électorale pour le Conseil National de 1999, la publication d'une lettre de remerciement de Blocher pour l'envoi de la publication révisionniste "Du déclin de la liberté Suisse" avait créé des remous. Blocher commentait ainsi l'ouvrage du négationniste Jürgen Graf: "Mais, comme il a raison!"
.  Il s'est par la suite défendu en prétendant ne pas avoir lu le livre en question et s'est ultérieurement distancé publiquement du révisionnisme. Le représentant de l'UDC en a rajouté dans son brûlot: "La liberté plutôt que le socialisme", en reprochant à la social-démocratie d'avoir des affinités idéologiques avec le nazisme.

Christoph Blocher refuse de reconnaître toute dette de la Suisse pour son rôle durant le nazisme, et donc toute indemnisation financière, ce qui explique son opposition à la Fondation de Solidarité créée en 1997 par l'ex-président de la Suisse, Arnold Koller.

Lukas Strauman
 

       

 

 

 

Les commentaires sont fermés.