robert1943 robert1943 robert1943

Suisse: les héritiers du génocide sont en bonne santé. (2)

 

nouvelles du progrès,ib farben,ems-chemie,suisse,blocher

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La "Leuna-Connection"

Giesen réussit sans problème sa reconversion après la capitulation allemande en mai 1945. Les Alliés le considéraient comme politiquement non coupable et lui confièrent la direction de l'ex-IG Farben à Uerdingen près de Düsseldorf qui était alors sous contrôle britannique. C'est à ce titre que Giesen rencontra pour la première fois en février 1947 le Suisse Werner Oswald, fondateur en 1936 de la Holzverzucherungs AG (HOVAG) qui deviendra plus tard Ems-Chemie. 

Oswald était à la recherche du savoir-faire technique nécessaire pour moderniser son entreprise de production aux Grisons. Giesen procura non seulement les connaissances en chimie pour la production de plastiques mais aussi une série de grands spécialistes d'IG Farben Leuna. Il n'informa pas de ces transactions les autorités d'occupation britanniques. 

 

Fin 1949, les Britanniques eurent vent des contacts de Giesen avec la HOVAG. L'affaire fut découverte car Giesen avait envoyé à Ems deux techniciens qui y mirent en route une unité de production "sans aucune contrepartie". Giesen fut licencié immédiatement pour faux en bilan et divulgation de secrets de fabrication. Mais tout était prêt pour l'industriel de 53 ans: il s'installa bientôt en Suisse et fut accueilli comme un prince par Oswald au château Haldenstein, propriété de l'entreprise près de Coire. En 1952, Giesen était élu au conseil d'administration de l'entreprise qui devint Emser Werke en 1960 puis plus tard Ems-Chemie Holding. Ce n'est qu'en 1967 que Giesen se retira du conseil d'administration, deux ans avant que le jeune juriste Christoph Blocherne rejoigne l'entreprise.
 
Le savoir-faire nazi sauve Ems-Chemie

 

La coopération avec Giesen fut fructueuse pour l'entreprise d'Oswald. La production de carburants était devenue superflue et non rentable après la guerre. En se reconvertissant dans la fabrication de nouveaux produits, l'entreprise d'Ems réussit à survivre. Un élément très important fut la mise en route de la production de fibres synthétiques Perlon, produit concurrent du nylon, avec l'aide des anciens chimistes de Leuna. En référence à son lieu de création, les Grisons, cette fibre polyamide "pur produit Suisse" fut appelée "Grilon". A ce jour, Ems-Chemie vend encore différentes matières plastiques à base de polyamide sous la marque Grilon. Grâce au soutien de Giesen et des autres spécialistes formés par l'économie de guerre nazie, l'entreprise d'Ems réussit sa mutation, d'une entreprise de carburants étatique subventionnée en une entreprise moderne de chimie.

 

En 1983, l'entreprise fut acquise par Christoph Blocher, depuis longtemps homme de confiance d'Oswald. Une des rares publications sur l'histoire de l'entreprise mentionne également la "fructueuse contribution" de Johann Giesen à la reconversion de l'entreprise et ses qualités de "praticien né et d'homme qui mène à bien tous ses projets".

 

Sur ses activités au sein d'IG Farben, l'entreprise de Blocher n'a, à ce jour, pas soufflé mot.
Lukas Straumann, Florian Schmaltz*
 
* Lukas Straumann est historien et journaliste free-lance à Berne. Il est co-auteur du rapport Bergier "Les entreprises suisses de la chimie dans le Troisième Reich". Florian Schmaltz est historien à Berlin et auteur de diverses publications sur IG Farben. Il travaille aujourd'hui à l'institut Max Planck à un projet de recherches sur la "Kaiser-Wilhelm Gesellschaft" sous le nazisme.
  
IG Farben à Auschwitz

 

La construction d'une usine chimique, dont le coût est estimé à 776 millions de marks de l'époque, en plein cœur d'Auchwitz symbolise jusqu'à nos jours la participation active de l'économie allemande aux crimes nazis. Pour construire sa gigantesque usine destinée à produire du combustible, le caoutchouc synthétique "Buna" et des gaz toxiques, l'entreprise IG Farben a collaboré étroitement avec les SS. IG Farben  a été la première entreprise allemande à employer des détenus comme force de travail. Pour loger ses "employés", le trust avait financé la construction d'un camp de concentration sur son terrain: le camp de Monowitz (Auschwitz III).


La famine chronique, les conditions de travail extrêmement dures et le manque total de soins médicaux faisaient de la vie à Monowitz un véritable enfer. Plus de 30.000 détenus ont payé de leur vie leur exploitation par IG Farben. Leur durée de survie moyenne n'excédait pas quelques mois, voire quelques semaines. Sur ordre d'IG Farben, les SS triaient régulièrement les prisonniers pour écarter ceux dont le rendement n'était pas suffisant, ce qui était synonyme d'une mort certaine. Ils étaient alors amenés à Auschwitz Birkenau et éliminés dans les chambres à gaz.

 

Lorsque l'armée rouge libère Auschwitz en janvier 1945, la construction de l'usine d'IG Farben n'est toujours pas terminée. En effet, seul le méthanol connut une production importante dans cette usine; le chimiste Johann Giesen, qui devait devenir directeur de recherche à Ems, était le responsable de ce département.

 

A la fin de la guerre, le tribunal de Nuremberg demanda des comptes à la direction générale d'IG Farben concernant les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité. L'un des chefs d'accusation principaux concernait la responsabilité de l'entreprise dans la mort des détenus du camp de concentration, lors de la construction de l'usine d'Auschwitz.

 

Le 30 juillet 1948, plusieurs directeurs d'IG Farben, dont Heinrich Bütefisch, un supérieur direct de Giesen, furent condamnés à plusieurs années de réclusion.

 

LS et FS

Les commentaires sont fermés.