robert1943 robert1943 robert1943

29/04/2014

Somville, l'octogénaire engagé

nouvelles du progrès,somville,mai 68,ulbPour les 35 ans de mai 68, nous avons voulu rencontrer une de ses figures emblématiques. Celui dont l'œuvre peinte sur des draps de lit a été l'âme et le symbole fulgurant des manifestations étudiantes à l'ULB : Roger Somville, qui, à presque 80 ans, se déclare plus engagé que jamais !

L'artiste en salopette bleue et chemise à carreaux (le tout assorti au bleu de ses yeux), nous a reçus dans sa maison de la Hulpe qui, derrière une discrète façade, se révèle gigantesque


Esprit libre : Roger Somville, vous étiez directeur de l'Académie des Beaux-Arts de Watermael-Boisfort en 1968. Comment avez-vous été embarqué dans les évènements de l'ULB?

Roger Somville : Le 13 mai 68, j'étais en train de peindre la série des "Fumeurs" quand le téléphone a sonné. Au bout du fil, Georges Meurant, un de mes anciens étudiants : "Somville, vous devez absolument nous faire un calicot car quelque chose d'important va se passer à l'ULB…" Je l'envoie d'abord promener puis je me ravise et le rappelle pour dire que c'est d'accord.

Esprit Libre : Vous en avez peint plusieurs, n'est-ce pas?

Roger Somville : J'en ai fais six. Ils existent encore tous aujourd'hui… Cela donnait vraiment un climat à ce grand hall de l'université occupé par les étudiants, ces grands draps que de futurs profs de gym allaient accrocher très haut. Le plus beau trône aujourd'hui dans la salle du Conseil d'administration de l'Université, très bien encadré à ma demande expresse.

Je trouve cocasse de savoir que les étudiants du CA siègent au dos du mur où "l'assemblée libre est consciente de ses devoirs, de sa force et de ses responsabilités" est supendu face aux autorités universitaires !

Esprit Libre : Comment les étudiants vivaient-ils vos calicots?

Roger Somville : Tout le monde n'était pas unanime. On m'a rapporté que lors d'une assemblée, Luc de Heusch s'était insurgé : " Somville fait de l'impérialisme artistique", ce qui avait provoqué une réaction de Sélim Sasson qui trouvait qu'au moins j'avais pris mes brosses et produit quelque chose. Aujourd'hui, je me rends compte que les gens comme Hervé Hasquin ou Philippe Moureaux, des acteurs de l'époque, ont été frappé par ce que j'ai fait là.

Esprit Libre : L'art pour vous c'est quoi?

Roger Somville : Il faut de l'émotion pour qu'il ait de l'art. la pissotière de Marcel Duchamp n'est pas de l'art, c'est un gag… Comme les moules de mon ami Marcel Broodthaers, d'ailleurs. Quand on fait passer un gag pour de l'art, on va droit dans le mur de l'imposture. Picasso, Chaplin, Bertolt Brecht… ça ce sont des artistes.

J'ai entendu un jour un universitaire dire que l'art engagé politiquement était par essence toujours mauvais. Pour moi, c'est exactement le contraire. Regardez les temples grecs ou les cathédrales gothiques, ce sont des parfaits contre-exemples de ce que cet universitaire défendait : voilà des chefs-d'œuvre incontestés motivés par l'idéologie et la religion !

Esprit Libre : Comment voyez-vous le monde aujourd'hui?

Roger Somville : Je suis pour le principe "Espérance". Si je n'avais pas espoir, je ne serais pas marxiste et je puis vous assurer que je le suis plus aujourd'hui qu'hier. J'ai un regard sévère sur le monde car je trouve que le genre masculin a fait beaucoup de dégâts. Tant que le monde sera dominé par le système capitaliste, il ira mal… Mais l'on sent que les gens en ont assez et repartent à l'assaut pour changer le monde. Je place aussi beaucoup d'espoir dans les femmes. Si elles se soulevaient en masse, elles pourraient provoquer un fantastique séisme pour arrêter cette éternelle répétition de violence. Au fond, je reste optimiste.

Isabelle Pollet.

Les commentaires sont fermés.