robert1943 robert1943 robert1943

Instructions données aux Einsatzgruppen

einsatzgruppen,nouvelles du progrès,urss,juifsCes tueurs, quelle est l'étendue de leur mission ? On a longtemps pensé qu'ils ont reçu l'ordre d'exterminer les juifs soviétiques peu avant le déclenchement de la campagne. En réalité, cette version résulte des aveux faits par certains dirigeants de ces unités spéciales, dont Ohlendorf, à Nuremberg ; or l'on sait aujourd'hui que ces déclarations entraient dans le cadre d'une stratégie juridique menée par les accusés pour rejeter le blâme sur Hitler, Himmler et Heydrich et se décharger de leur responsabilité en invoquant l'obéissance aux ordres. Quelques SS, comme Bruno Streckenbach (chef du personnel au R.S.H.A.), qui, selon Ohlendorf, auraient remis l'ordre d'extermination à la mi-juin 1941, ont nié avoir émis ou reçu l'ordre en question avant l'invasion. Mais lorsque Ohlendorf a fait cet aveu, Streckenbach était donné pour mort en Russie ; or il reviendra de l'archipel du goulag dans les années 50...

Toujours est-il que des briefings préparatoires ont lieu à Berlin et à Pretzsch (lieu de constitution des groupes) en juin 1941. Le 17 juin, notamment, Heydrich insiste sur la nécessité de prendre des mesures préventives contre des "ennemis potentiels" : commissaires politiques, partisans, juifs.Certains commandants SS, comme Rudolf Lange (Einsatzkommando 2) , ont interprété ces ordres de manière large et ont estimé que les ordres d'exécutions concernaient la population juive dans son ensemble. D'autres,comme Erwin Schulz, de l'Einsatzkommando 5, n'ont pas été de cet avis, mais ont fini par l'admettre en juillet-août.

Ainsi les ordres donnés sont-ils assez vagues et donnent toute latitude d'action aux membres des unités spéciales. Mais en l'état actuel de la documentation, il est impossible de se faire une idée exacte des instructions données par Heydrich.

Le 22 juin 1941, Barbarossa se déclenche. La Wehrmacht pulvérise l'Armée Rouge et commence sa foudroyante avance qui la mènera aux portes de Leningrad, de Moscou et du Caucase. Les Einsatzgruppen SS suivent immédiatement les armées allemandes et se mettent au travail. Il s'agit de faire vite, avec des effectifs somme toute limités : Heydrich a insisté pour qu'un maximum d'ennemis politiques soient saisis, ce qui implique d'être en permanence sur les talons de la Wehrmacht.

Au départ, les SS exécutent prioritairement les membres de l'intelligentsia soviétique (fonctionnaires, commissaires politiques, intellectuels) ainsi que les partisans et la population masculine juive. Des pogroms sont même organisés en Lituanie et en Lettonie, avec moins de succès en Ukraine et ailleurs. Le 03juillet, 1.160 juifs de sexe masculin sont exécutés à Luzk, mais de la propre initiative du commandant du Einsatzkommando, en vue d'asseoir son autorité sur la ville. D'autres chefs SS usent de motifs semblables pour accomplir des exécutions massives de juifs. Preuve qu'à la direction centrale nazie, les violons ne sont pas accordés. Le 2 juillet 1941, Heydrich adresse aux Chefs dela Police et des SS en URSS l'ordre de procéder à l'élimination des "élements radicaux" des populations conquises, dont les "Juifs occupant des fonctions dans le parti et l'Etat". Il faut  " frapper de la façon la plus efficace possible la couche dirigeante judéo-bolchévique, tout en ne gênant pas plus qu'il n'est strictement nécessaire la mise de l'économie russe au service de l'effort de guerre allemand".

Le 16 juillet 1941, Hitler déclare qu'il est heureux que Staline ait lancé la guerre de partisans, car "cela nous donne l'occasion d'exterminer tous ceux qui nous sont hostiles. Naturellement, ce vaste pays doit être pacifié au plus tôt ; ce que nous ferons au plus vite en tirant sur quiconque osera ne serait-ce que nous regarder de travers". Le lendemain, Heydrich ordonne à ses tueurs de saisir à même les camps de prisonniers les personnes qui correspondent aux critères de l'extermination.

Les Einsatzgruppen doivent faire vite tout en suivant l'armée. De sorte que des zones entières de juifs restent épargnées provisoirement (les SS y créent des ghettos, des conseils juifs, prennent des mesures discriminatoires comme le port de l'étoile jaune) tandis que d'autres font l'objet de massacres. En juillet, Himmler envoie quelques milliers de SS de plus dans les zones de la Russie occupée et soumises à l'autorité des Reichskommissäre et des Chefs de la Police et des SS ; soit 11.000 hommes qui seront chargées du nettoyage de ces régions. En outre, une douzaine de bataillons de l'Ordnungspolizei, la Police d'Ordre, autrement dit près de 5.500 policiers SS, sont confiés à l'autorité deces derniers. Les SS peuvent aussi compter sur un certain nombre d'auxiliaires, majoritairement des Lituaniens et des Lettons, ainsi que quelques Ukrainiens, pour organiser les pogroms ou participer aux fusillades.

Au même moment, les exécutions se poursuivent. Au mois de juillet, l'Einsatzkommando 3 de Jäger a déjà exécuté 4.239 juifs dont 135 femmes. Les fusillades se font à un rythme effréné. Ce déchaînement de violence finit par s'étendre à tous les juifs en août, y compris les femmes et les enfants. La tâche des Einsatzgruppen va s'élargir en vue de l'accomplissement d'un véritable génocide.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.