robert1943 robert1943 robert1943

LESEINSATZGRUPPEN SS (1 ère partie)

nicolas bernard - www.1939-45.org,nouvelles du progrès,extermination,einsatzgruppenNicolas BERNARD - www.1939-45.org 

La guerre à l'Est ne doit pas, pour Hitler, se limiter à la destruction de l'Armée rouge et la conquête de territoires. Il s'agit aussi de mener une croisade contre les grands fléaux des temps modernes que sont le bolchévisme et le judaïsme. Cette guerre, le Führer l'a juré, sera une guerre d'anéantissement.Les armées du Reich devront se mettre au service de l'idéologie nationale-socialiste en vue de la destruction de l'adversaire.

Cette radicalisation de la guerre est marquée par l'entrée en action de groupes mobiles de tuerie, les Einsatzgruppen, chargées de "nettoyer" les arrières de l'armée allemande, avec la coopération de cette dernière. Ces unités spéciales relevant de l'Office Central de la Sécurité du Reich (RSHA), la haute direction SS de Heydrich et Himmler massacreront les Commissaires politiques soviétiques, ainsi que les membres de l'intelligentsia orientale, et surtout les juifs. Mais ce programme d'extermination sera mené dans des conditions chaotiques, chaque groupe de tueurs interprétant à sa manière les directives,il est vrai assez vagues, émises par les dirigeants nazis. Il faudra attendre le mois d'août pour qu'un semblant de cohésion intervienne dans les exécutions, les Einsatzgruppen recevant la confirmation de la nécessité d'éliminer, outre les juifs de sexe masculin, les femmes et les enfants.

Ces exécutions vont aboutir à la mort de plus d'un million de victimes juives,avec la bénédiction de certains hauts responsables de la Wehrmacht. Mais les exécutions ont beau être nombreuses, elles ne vont pas assez vite. Et ces fusillades à répétition, d'une barbarie sans précédent, finissent par éprouver le moral des bourreaux, qui recrutent souvent leurs sbires parmi les nationalistes locaux, en Lituanie, en Lettonie, en Ukraine. De sorte qu'il faut trouver de nouveaux modes d'exécution (notamment les camions à gaz), d'autant que le Führer a donné l'ordre à la fin de l'été de procéder à l'éradication de la race juive en Europe.

A bien des égards, les Einsatzgruppen vont constituer le franchissement d'un seuil de violence encore jamais atteint contre les juifs. Les nazis seront dès lors engagés dans un processus d'extermination qui aboutira à la mise au point des camps de la mort.   

APPARITION

Les Einsatzgruppen font leur apparition en Tchécoslovaquie et en Pologne en 1939. Ils suivent les arrières de l'armée allemande et massacrent, pillent, torturent les membres de l'intelligentsia locale afin d'empêcher un redressement futur des pays occupés."Qui se souvient du massacre des Arméniens ?" fera remarquer Hitler après avoir donné ses directives à Heydrich et Himmler ?

A l'issue de l'effondrement de la France, de l'occupation de l'Europe de l'Ouest, le Führer a enfin les mains libres (ou presque - l'Angleterre résiste encore) pour accomplir son vieux rêve : conquérir la Russie pour y constituer un Lebensraum, l'espace vital de la plus grande Allemagne. Le 18 décembre 1940,il appose sa siganture au bas de la directive 21, le plan Barbarossa, l'invasion de l'URSS.

L'invasion de la Russie ne sera pas une guerre classique. Le 30 mars 1941, Hitler, dans son discours prononcé devant plus de 200 officiers de haut rang, explique que la guerre qui est sur le point de se déclencher doit être comprise comme l'affrontement entre "deux conceptions du monde opposées", "la conception nationale-socialiste et la conception judéo-bolchévique". Ordre a été donné de procéder à la liquidation des Commissaires politiques de l'Armée rouge, qui risquent de poursuivre leur propagande dans les camps de prisonniers, ainsi que de l'intelligentsia "judéo-bolchévique." Quant aux actes délictueux commis par les soldats de la Wehrmacht à l'égard des civils ennemis, ils ne seront pas obligatoirement passibles de sanctions, même s'ils constituent un crime militaire. Les chefs militaires ont reçu pour instruction d'être cléments à l'égard de ces soldats. Ils ne seront traduits en Conseil de Guerre que "si le maintien de la discipline ou la sécurité des forces armées nécessitent cette mesure" (ordre du 23 juillet 1941). Les massacres planifiés, les excès autorisés, oui, l'enfer va se déchner à l'Est.

Comment mettre en œuvre ce programme ? Dès le début du mois de mars, l'armée et les SS s'engagent dans des négociations qui visent une espèce de "partage des tâches" : le 13 mars, les "missions spéciales en vue de la préparation d'une administration politique dans la zone de combat de l'armée" sont confiées à Himmler, qui " agira en toute indépendance et sous sa propre responsabilité". Le 26, le général Wagner, représentant de la Wehrmacht, et Heydrich, conviennent que "les Sonderkommandos sont autorisés, dans le cadre de leur mission et sous leur propre responsabilité, à prendre des mesures exécutives contre la population civile". L'armée fournira l'infrastructure (locaux, essence, ravitaillement, moyens de communications). Si besoin est, il sera procédé à des échanges d'informations entre les forces militaires et les Einsatzgruppen, mais leurs sphères de compétence resteront exclusives. Les kommandos spéciaux resteront sous la tutelle de Heydrich. En mai, le général Wagner et le chef du contre-espionnage nazi Walter Schellenberg parviennent à un accord définitif qui reprend ce qui a été déjà dit, mais qui permet en outre aux unités spéciales d'opérer sur les arrières des corps d'armées, c'est-à-dire sur le front lui-même. Avantage non négligeable : les SS pourront avancer le plus loin possible en vue de capturer un maximum d'ennemis politiques. Et de juifs. Le tout avec le soutien plein et entier de l'armée. Heydrich l'a rêvé, Wagner l'a signé. 

FORMATION

Quatre Einsatzgruppens ont créés et chacun devra agir sur une zone délimitée :

Einsatzgruppe A
Einsatzgruppe B
Einsatzgruppe C
Einsatzgruppe D


Prendre connaissance de la composition exacte de ces groupes.

Chaque Einsatzgruppe est composé d'environ un millier d'hommes (au total, les quatre groupes alignent 3.000 personnes).

Voici par exemple la composition de l'Einsatzgruppe A (990 hommes) : 340 Waffen SS, 172 chauffeurs, 18 employés de l'administration, 35 membres du SD (Sicherheitsdienst : Services de Sécurité de la SS), 41 membres de la police criminelle, 89 de la Gestapo, 87 de la police auxiliaire, 133 de l'Ordnungspolizei (Police d'Ordre, ou Orpo), 13 auxiliaires féminins, 51 interprètes, 3 télétypistes, 8 opérateurs radio.

Les dirigeants des Einsatzgruppen sont pour certains des juristes (Ohlendorfest Docteur en Jurisprudence, Nosske a travaillé pour un tribunal avant d'entrer au Ministère de l'Intérieur, Nebe est le chef de la Police Criminelle), ou issus d'autres professions libérales (Blobel était architecte, Weinmann médecin) voire religieuses (Bilberstein a été pasteur protestant) ou artitistiques (Klingelhöfer a été chanteur d'opéra). Loin d'être des sadiques (sauf certains comme Blobel ou Stahlecker), ce sont surtout des carriéristes pour qui la vie humaine n'a plus guère de sens, sensibles à l'obéissance, voire le zèle. Cela étant dit, si Heydrich a choisi ces hommes, c'est aussi par calcul politique, en vue d'éloigner des SS qui pouvaient porter atteinte à son autorité sur le RSHA. Ainsi Ohlendorf, et surtout Nebe, qu'il déteste.

A suivre

Les commentaires sont fermés.