robert1943 robert1943 robert1943

15/10/2013

La Belgique : État laïque?

nouvelles du progrès,la¨cité,religionActuellement, un petit parti politique  de notre royaume d'opérette à la cote.  Des élus siègent dans une multitude communes de Wallonie. Il fait parler de lui à plusieurs reprises dans les médias. Au sein des nombreux partis à "gauche de la gauche", des militants lui font des doux yeux. Selon eux, il incarne le nouveau parti communiste car il représente un parti "qui agit". Certes, il prend des positions courageuses en ce qui concerne l'emploi (manifestement pas tous...) et est toujours en première ligne quand il s'agit de combattre aux côtés des travailleurs.


Ses prises de position politiques ont pendant longtemps été inspirées du "Y a qu'à et du faut qu'on". Il existe cependant un thème à propos duquel leurs membres, leaders et efficaces "communicants", sont peu prolixes, c'est celui de la laïcité...  Certains me rétorquent que ce n'est pas une priorité  car d'autres enjeux  plus importants  requièrent notre  vigilance...

Et au nom de quel principe ce combat pour la laïcité devrait-il  être relégué au second plan ? Pourquoi tout à coup ne devrait-on qu'accessoirement lutter pour l'obtention intégrale d'un État laïque ? C'est toute la contradiction qu'il y a entre la laïcité et la neutralité car nous ne sommes  pas un État laïque mais un État neutre.

La Neutralité est l'un des premiers articles fondus dans la constitution. Or, on a souvent tendance a prétendre qu'entre la France et la Belgique, il n'y a guère de différence en cette matière que neutralité et laïcité, c'est chou vert et vert chou. Détrompez-vous. En France, la laïcité renvoie le fait religieux et les institutions religieuses dans la sphère privée. L’Etat belge s’astreint au contraire à une stricte neutralité entre les différents courants philosophiques : il vise à leur assurer la plus grande égalité de traitement possible, sans s’interdire de reconnaître les institutions qui incarnent ces courants...

Actuellement, le débat sur l'interdiction  du port de signes religieux ou philosophiques  dans l'enseignement officiel fait rage au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Remarquez au passage que la proposition ne vise que  l'enseignement officiel, l'enseignement libre lui n'est pas concerné par la mesure ! Et n'y voyez pas malice, si la Ministre de  l'enseignement officiel, qui est à l'origine du projet de loi, est issue du CDH... En France, l'interdiction du port de signes religieux ou philosophiques est une mesure prise par l'État et qui concerne l'ensemble du service public et l'enseignement tous  réseaux confondus...

On se souviendra qu'à une époque récente, l'Église catholique avait une puissante courroie de transmission politique au sein du gouvernement et  qui a notamment freiné des quatre fers la loi sur la dépénalisation de l'avortement. Les évêques avaient d'ailleurs proclamé : "le respect absolu de la vie interdit d'inscrire dans la loi la reconnaissance du droit de la supprimer". Finalement,après 24 ans de négociations et de luttes,  le 29 mars 1990, la Chambre des députés  approuve la loi sur la dépénalisation de l'avortement à 126 voix contre 69 et 12 abstentions. Fervent catholique, le roi Baudouin, affirme que sa conscience ne lui permet pas de signer le texte sur l'IVG. Il abdique pour une durée de 36 heures, en accord avec l'article 82 de la Constitution qui invoque "l'impossibilité de régner" !

Dans l'entretien qu'elle accorde au quotidien "Le Soir" (le 22-06-13), Syblille de Sélys Longchamps  qui relate sa liaison avec le Prince Albert, notre roi actuel et dont  elle aurait eut une fille, Delphine Boël, n'explique pas le pourquoi de la rupture soudaine du Prince Albert sinon que la religion aurait joué un rôle important...

En Belgique, la question dérange, manifestement… Doit-on légiférer sur le port de signes convictionnels par les élèves de l’enseignement officiel? A moins d’un an des élections régionales, la majorité sortante de la Fédération Wallonie-Bruxelles (l’Olivier PS-CDH-Ecolo) n’entend manifestement pas rouvrir le débat. Ni même le commenter...

Si nous voulons nous émanciper du fait religieux, la gauche dans son ensemble doit continuer à lutter pour l'abandon du concept de neutralité et pour l'obtention de la laïcisation totale de l'État.

Freddy Guidé

Les commentaires sont fermés.