robert1943 robert1943 robert1943

29/03/2013

HABEMUS VÉRONIQUE GENEST

véronique genest,nouvelles,médiasLe monde cathodique en proie au doute
 
Revenir sur la pathétique prestation d’une actrice populaire dans l’émission de Laurent Ruquier "On n’est pas couché" n’est sûrement pas très charitable, mais de charité Véronique Genest n’en manifeste guère, elle qui après s’être déclarée islamophobe, s’embarque dans une campagne électorale au ras du caniveau dans la 8 ème circonscription des Français de l’étranger. Cette législative partielle voit s’opposer des candidats qui s’affrontent sur des thèmes qui travaillent en faveur de la droite israélienne.


Cette circonscription, redécoupée en 2010, comprend l’Italie, la Turquie, la Grèce, Chypre, Malte et Israël. Plus d’un tiers des 146 000 électeurs inscrits résident dans l’État hébreu, ce qui explique que la plupart des candidats ont un lien fort avec Israël. C’est le cas de Jonathan-Simon Sellem que soutient Véronique Genest.

L’actrice se présente comme suppléante de cet homme que le site de la revue de la nouvelle Andouille philosophique, Bernard Henri Levy "La Règle du jeu" présente comme un "propagandiste de l’extrême-droite israélienne". Que va t-elle faire dans cette galère, si ce n’est prendre des coups auxquels l’expose son inculture encyclopédique? Elle qui se présentait dans un lapsus terrifiant comme "un étron libre", s’aperçoit que cette liberté ne l’autorise pas à dire n’importe quoi.

De charité le nouveau pape en est pétri, nous dit-on. On loue sa simplicité, sa proximité avec les pauvres. L’onction des médias n’a d’égale que l’épaisseur de la couverture dont a bénéficié cette élection. Bien entendu cet éclairage aveuglant qui illumine la personnalité de Jorge Mario Bergoglio ne permet pas de laisser dans l’ombre des aspects de son parcours ; néanmoins le nouveau pape ne s’expliquera sans doute pas plus que ne l’avait fait le cardinal Bergoglio sur certaines accusations répétées depuis la chute de la dictature.

Le quotidien britannique le "Guardian" et le journal "Le Monde" évoquent le livre du journaliste argentin Horacio Verbitsky "El silenci" (non traduit) dans lequel l’auteur évoque de façon détaillée les relations entretenues par Jorge Bergoglio avec la dictature argentine. Il avance que celui-ci aurait livré aux militaires, en 1977, deux jeunes prêtres jésuites qui travaillaient dans des bidonvilles. Ils avaient été relâchés six mois plus tard sous la pression internationale. Verbitsky se base sur le témoignage de l’un de ces prêtres.

Christian Terras, rédacteur en chef de la revue "Golias", va plus loin, affirmant détenir les preuves que Jorge Bergoglio aurait dénoncé aux bourreaux de la dictature de jeunes Jésuites engagés dans le mouvement de "la théologie de la libération". Les zélateurs du nouveau pape soutiennent qu’au contraire il a protégé certains prêtres des escadrons de la mort.
 
Cette polémique s’éteindra, comme celle qu’avait suscitée l’élection de Benoît XVI, pour laisser place à un silence respectueux. Respectueux de quoi, au fait?

Alain Van Der Eecken

https://www.youtube.com/watch?v=Bc-OlMHY7-w

Les commentaires sont fermés.