robert1943 robert1943 robert1943

04/02/2013

QUAND LES ARTISTES FONT DE LA RÉSISTANCE

nouvelles,culture,laananLe 20 novembre 2012, les jeunes artistes manifestent devant le siège du Ministère de la culture. L'objet de leur emportement : la ministre de la culture vient de supprimer la Commission d'aide au projets théâtraux (CAPT). Dans un "tweet", elle écrit ensuite avec mépris : "En période de crise, c'est normal: combat de pauvres". La  CAPT est indispensable pour les jeunes créateurs, la Commission est la seule aide qui permette aux différents projets de survivre. La suppression de la  CAPT signifie l'arrêt de mort de tout projet théâtral. Fini tout projet audacieux car les créateurs seront dès lors obligés de s'adresser au financement privé.


Mais coup de théâtre, peu avant la manifestation, la ministre de la culture, Mme Fadila Lanaan, effectue, un rétro pédalage spectaculaire, elle s'explique sur le tweet méprisant. "Ce n'est pas ce j'ai voulu dire", "on m'a mal interprété", bref est elle embêtée car l'ensemble de la profession s’indigne de tels propos  Elle gratte les fonds de tiroirs et  trouve le budget nécessaire au financement de la  CAPT. Ouf, la face est sauvée !

Tu parles... La Ministre a eu les chocottes car se couper du monde artistique, c'est perdre un important électorat qui vote traditionnellement à gauche et les élections de 2014 ne sont pas loin. Déjà que certains artistes se sont éloignés du PS pour écouter les sirènes du PTB... C'est pas le moment de se couper de cet électorat...

La Ministre décide de monter une opération de charme pour effectuer son rétro pédalage. Cependant, les jeunes artistes ne sont pas dupes ! Ils connaissent les vieilles ficelles du pouvoir qui consiste à mettre un projet au frigo pour le sortir au moment voulu, c’est-à-dire, bien souvent, après les élections. En attendant, on donne un hochet aux mécontents ! Le monde culturel s'est souvent fait avoir de la sorte. Il suffit de lire le rapport sur  les états généraux de la culture publié par la  Ministère de la culture pour se rendre compte que nous nous dirigeons vers une marchandisation de la culture...

En vue de résister à la future mise en place de la liquidation de la CATP, les jeunes artistes ont constitué un collectif culture. Là, ils fourbissent leurs armes. Qui retrouve-t-on au sein de ce collectif ? Les jeunes artistes, les créateurs bien sur des opérateurs culturels, des représentants du Réseau des professionnels en Centres Culturels de la Communauté Wallonie-Bruxelles (ASTRAC), bref tous ceux qui sont concernés par la culture.

Le collectif se réunit une fois par mois et met des stratégies de résistance en place afin d'être fin prêt pour faire face aux mesures qui seront mises en application dans les mois qui vont suivre...

Le secteur culturel est un secteur méconnu du grand public. Pourtant, c'est un secteur dynamique  qui draine des milliers d'emplois avec des travailleurs mal rémunérés et déconsidérés. A l'heure où il est question d'emplois des jeunes, nous devons soutenir ces travailleurs, jeunes pour la plupart et qui passent leur vie à remettre le monde en question...


Freddy Guidé

Les commentaires sont fermés.