robert1943 robert1943 robert1943

09/12/2012

Rencontré à Tunis.

emna.jpgCombien de fois, ai-je dit et répété que la bataille de la Démocratie en Tunisie était entre les mains des Tunisiennes. Ce sont les femmes qui seront le fer de lance de ce combat qui va s'engager dans les prochaines semaines. De la victoire dépendront la consolidation et l'amélioration de leur statut personnel.


La femme tunisienne, très présente et engagée dans la politique et les associations citoyennes, compte de nombreuses personnalités capables d'occuper les plus hautes fonctions de l'Etat. A plusieurs reprises, j'ai confirmé dans la presse locale que si plus d'élues occupaient des postes de décisions aux divers niveaux du pouvoir, la situation politique s'améliorerait et l'image de la Tunisie, ternie par la mauvaise gouvernance actuelle, reprendrait des couleurs.

Ce n'est pas sans raison que 80% des étudiants universitaires sont des jeunes filles.
           
De plus, le statut particulier dont elles bénéficient depuis Bouguiba et les épreu
ves traversées victorieusement depuis 23 ans, ont fait d'elles des figures de grande valeur dont la société tunisienne ne peut ignorer, ni se passer.

C'est précisément l'une d'elles que j'ai eu le plaisir de retrouver à l'hôtel « INTERNATIONAL », sur l'avenue Bourguiba où elle m'avait fixé rendez-vous. Emna AOUADI puisqu'il s'agit d'elle, ne m'était pas étrangère puisque nous nous étions rencontrés lors d'un colloque à la Communauté Européenne, en mars dernier.

Historienne de formation, elle a abandonné la craie et le tableau noir pour se consacrer avec passion à la défense de l'Enseignement public et des intérêts de ses anciens collègues. Militante syndicale de choc, elle est à la fois, membre du Bureau National de la Femme Travailleuse et Secrétaire Générale du Syndicat des Enseignants.

Je n'ai pas eu l'occasion de jouer au journaliste, ni de pratiquer le jeu des questions - réponses, Emna s'est lancée dans un long monologue retraçant toute sa carrière syndicale, soulignant entre deux gorgées de thé à la menthe, les moments difficiles sous la dictature de Ben Ali et ses espoirs futurs pour la construction d'un Etat Démocratique, avec toutes les conséquences bénéfiques pour les citoyens.

Je ne sais si Emna a des origines italiennes mais ce qui est sûr, c'est qu'elle parle autant avec les mains qu'avec la langue et qu'elle est très volubile.....je n'ai jamais eu l'occasion d'intervenir et ça m'arrangeait bien. J'étais conquis, sous le charme... toutes les révolutions ont leurs petits côtés romantiques....J'écoutais religieusement pour autant que cette formule convienne à un athée.

Emna sait que l'avenir risque d'être difficile mais elle fait totalement confiance à son organisation.


L'UGTT est la force la mieux organisée qui a résisté à 23 années de dictature, qui a gardé le contact avec le peuple et est parvenue à défendre les intérêts des travailleurs tunisiens.

Et pour demain ? La laïcité de l'Etat est un énorme enjeu.....et les femmes en sont conscientes. Elles ont été présentes sans discontinuer depuis le début de la contestation, dans les réseaux sociaux, les manifestations et depuis le départ de Ben Ali, elles se sont beaucoup mobilisées pour accompagner la transition et répondre aux attentes des Tunisiennes. Malheureusement, elles n'ont pas été récompensées pour les efforts consentis. Elles ne sont pas suffisamment représentées dans les divers niveaux du pouvoir. C'est ce à quoi nous allons nous consacrer dans les semaines et  les mois qui viennent.

Un coup d'oeil à sa montre, elle doit interrompre......un autre rendez-vous l'attend , Place Mahommet Ali, au siège de l'UGTT.

Bonne année et bon vent, Emna, avec des responsables et des militantes comme toi, l'UGTT et la Démocratie ne peuvent attendre que des matins qui chantent.

Tunis, le 16 novembres 2012
           
Lucien Belvaux

L'Union Générale des Travailleurs Tunisiens.

L'UGTT est une organisation syndicale nationale, démocratique et indépendante des organisations politiques. Elle regroupe tous les travailleurs intellectuels et manuels. Elles est proche dans son organisation et dans ses structures de notre FGTB. Elle est membre de la Confédération Internationale des Syndicats Libres,(CISL).

21:52 Écrit par nouvelles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.