robert1943 robert1943 robert1943

04/08/2012

Entre passion et cohérence.

nouvelles,martin,abbaya,religion,pardonJ’ai lu avec intérêt (La Nouvelle Gazette, 4-8-2012, page 4) les opinions des doyens Dermaut, Diricq et de l’abbé Boudart concernant la problématique de la libération de Michelle Martin.

Ces déclarations sont saines et cohérentes eu égard au statut de ces ministres du culte. Liés par leur serment au Christ, ils croient aux vertus du pardon tout en n’occultant pas le côté humainement révoltant de ce cas de figure. Ceux qui se prétendent réellement croyants seront eux-mêmes incohérents s’ils contestent ce triple raisonnement rigoureusement en harmonie avec la conviction chrétienne fondée sur les évangiles.


J’irai même plus loin : si les hauts responsables du Clergé s’inspiraient de l’humanisme de leurs hommes de terrain, les églises ne seraient pas désertées comme elles le sont de plus en plus de nos jours et le monde ne s’en porterait pas plus mal. Si je ne connais pas le doyen Diricq – ce qui n’exclut pas mon respect – il n’en est pas de même de messieurs Dermaut et Boudart, tous deux très populaires dans la région car réputés, à juste titre « hommes de bien » et, de surcroît sympathiques, ce qui ne gâche rien. Pas question, une fraction de seconde, de mettre en doute leur honnêteté intellectuelle et morale.

Le raisonnement d’un athée – que je suis – diffère bien entendu de celui d’un chrétien. Commettant au passage un périlleux jeu de mots,  je dirai : les évangiles ne sont pas notre Bible ! Pour un non croyant, la Vie s’arrête définitivement après le dernier soupir. Et j’ai envie d’ajouter : Dieu merci !... Les meilleures – et les pires – choses ont une fin et cette conviction est, à mes yeux, au moins aussi rassurante que celle de l’existence du PPE : Paradis, Purgatoire, Enfer. C’est l’homo, sapiens ou pas, qui dirige le monde et non pas une puissance surnaturelle qui serait parfaite. Notre vie à chacun ne représente qu’une mince goutte d’eau dans l’histoire de l’univers. La notion de pardon s’en trouve ainsi positionnée dans un système de référence différent car temporellement très limité. La morale laïque propose aussi le pardon, vertu et non faiblesse. Avec des nuances influencées par le contexte et la gravité de la faute. Indéniablement contre la peine de mort – rendre la barbarie pour la barbarie – j’adhère à cette majorité (sic) de citoyens qui estiment que, dans certains cas extrêmes, la détention à perpétuité – soit jusqu’au dernier soupir – est judicieuse. Il n’est pas nécessaire de réécrire ici le lamentable parcours de Michelle Martin pour justifier cette option.

Néanmoins, stigmatiser la justice, comme insulter ces braves nonnes de Malonne, relève d’une attitude pour le moins puérile, sinon populiste. La magistrature a aussi son évangile et, tout comme le clergé, est tenue de s’y conformer strictement, comme c’est le cas ici à propos de Michelle Martin. Prenons garde de ne pas tomber dans le piège pervers d’un nouvel affrontement entre l’église et ses détracteurs parfois intégristes malgré eux, ce serait dommage car absurde et donc stérile. Quand le doyen Dermaut affirme : « L’église n’est pas comprise », il ne défend pas à tout prix la corporation : il a raison.

En conclusion, c’est dans le camp de nos responsables politiques que se trouve la balle du bon sens, à éviter, à l’avenir, de livrer dans le filet. Il n’est pas question, ici non plus, de choisir une victime expiatoire. Là n’est pas non plus la solution : la démocratie est un exercice compliqué car marqué du sceau de l’esprit de nuance, aux antipodes de l’absolutisme, réducteur des couleurs de l’arc-en-ciel au (très) noir et au (trop) blanc. Entre les deux, un vaste dégradé de toutes les couleurs pour contourner l’arbitraire. Nos dirigeants ont derrière eux cette tradition démocratique et le souci de garder une justice à dimension humaine est très noble. Cependant, le courage politique implique de franchir le Rubicon de temps en temps pour promulguer ou amender des lois qui soient plus à la mesure du délit et de la sensibilité populaire.

Avec mes meilleurs sentiments à vous tous.

Christian Q.

14:45 Écrit par nouvelles dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nouvelles, martin, abbaya, religion, pardon |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.