robert1943 robert1943 robert1943

Les 18 millions de personnes vivant grâce à l'aide alimentaire ont besoin de plus que des mots!

nouvelles,le hyaric,gabizimmer,faim,side alimentaire«La Commission dit qu'elle va se battre pour le programme d'aide alimentaire et qu'elle va faire une proposition législative sur la façon de le mettre en place - nous devons supposer qu'il en va aussi de notre responsabilité de garantir que cela se produise» a déclaré la présidente du groupe GUE/NGL Gabi Zimmer en réaction à la déclaration du commissaire Rehn sur le programme d'aide alimentaire au Parlement européen.

Mme Zimmer a rappelé le besoin de montrer aux peuples que l'UE est solidaire des 18 millions de personnes dépendantes de l'aide alimentaire, surtout les travailleurs grecs, espagnols et portugais qui sont les premières victimes de la crise. «Nous devons envoyer un message, mais il est aussi impératif que nous fassions plus. Nous ne devons pas seulement agir pour garantir que ces 18 millions de personnes aient de la nourriture mais nous devons aussi nous assurer que la lutte contre la pauvreté reste dans les priorités de l'agenda. C'est une questions décisive».

«Nous voulons une union sociale qui fait preuve de solidarité. En tant que parlementaires européens, nous avons l'obligation de garantir que les gouvernements qui bloquent le programme cessent leur blocage».


Patrick Le Hyaric (eurodéputé du PCF) a quant à lui regretté que la Commission n'ait rien proposé de plus spécifique et qu'elle s'apprête à dégainer le fonds social européen sans l'augmenter. Il a souligné que cela reviendrait à réduire les fonds du programme de 100 millions d'euros par an.


«Il faut que la Commission et le Parlement travaillent avec les organisations sociales en Europe pour analyser les véritables besoins et coûts afin que le programme soit vraiment efficace».


La parlementaire européenne portugaise Inês Zuber a rappelé qu'en 2010, près de 23,4% de la population risquait de tomber sous le seuil de pauvreté. Selon Eurostat, le risque est lié à aux emplois faiblement rémunérés, au manque de qualifications, au travail précaire et à temps-partiel. «Les soi-disant mesures de consolidation fiscales prises au sein du Parlement ont certainement contribué à aggraver cette situation».


«L'aide alimentaire assure un minimum de dignité dans la vie de nombreuses personnes et garantit leur droit à ne pas souffrir de pauvreté alimentaire».

Les commentaires sont fermés.