robert1943 robert1943 robert1943

Un Belge sur huit connaît la pauvreté

nouvelles,libre belgique,pauvretéExtrait de la Libre Belgique - Grégoire Comhaire

Une étude sociologique donne les chiffres de la pauvreté dans notre pays. Le coût croissant du logement en serait une des causes explicatives.

Une étude de l'Université d'Anvers, menée par les sociologues Caroline Dewilde et Peter Rayemaeckers, relayée par nos confrères du "Morgen" dans leur édition de mardi, dresse un constat assez alarmant de la réalité socio-économique de notre pays. Selon cette étude, quelque 12 pc des Belges seraient aujourd'hui confrontés à la pauvreté soit 6 pc en Flandre, 8 pc en Wallonie et jusqu'à 28 pc de la population à Bruxelles, soit près d'un habitant sur trois dans la capitale.

Il ne s'agit certes pas de la première étude en la matière, mais l'originalité de celle-ci provient des critères retenus pour la réaliser. Alors que généralement les chiffres de la pauvreté s'établissent uniquement par rapport au revenu moyen national, les chercheurs ont choisi ici de privilégier une approche plus large du concept. "Les gens peuvent disposer à première vue de bons revenus mais néanmoins ne pas être en mesure de payer leur facture d'hôpital ou un ordinateur pour les études de leur enfant", indique ainsi le sociologue Peter Raeymaeckers.

"C'est pourquoi nous ne nous sommes pas seulement intéressés aux revenus mais aussi au fait que quelqu'un éprouve des difficultés à payer un prêt hypothécaire, une facture de téléphone, des soins de santé, des amendes ou d'effectuer un nouvel achat. Si une situation imprévue se présente, toute une série de ménages risquent de se retrouver enfoncés dans les difficultés, accumulant tout d'abord les dettes avant de sombrer dans la pauvreté et cela parce qu'ils ne disposent pas d'économies".

L'étude indique ainsi que 15 pc des Belges sont confrontés à un manque de moyens. Chez la moitié d'entre eux, cela est à mettre sur le compte de revenus insuffisants, ce qui mène traditionnellement vers la pauvreté. Et dans le groupe qui manque de moyens, un quart (26 pc) des personnes ne sont pas en mesure de faire une petite acquisition, trois quarts (78 pc) doivent se passer de grosses acquisitions et plus d'un tiers (37 pc) ne sont pas en mesure d'acheter des outils technologiques comme un ordinateur.

Une des explications possibles de ces chiffres très élevés réside, selon les auteurs, dans le coût croissant des frais dépensés dans l'habitation qui absorbent une trop grande part du budget des ménages. La surconsommation qui amène souvent un recours aux crédits et à l'endettement peut également, selon eux, jouer un rôle important dans les difficultés rencontrées par nombre de Belges d'acquérir des biens et services essentiels.

En février 2007, l'Institut national de statistiques rendait publique une enquête menée au niveau européen sur la pauvreté. Avec 15 pc de la population en dessous du seuil de pauvreté, la Belgique se situait juste en deçà de la moyenne européenne.

D'après cette enquête et sur base d'un critère strict fixé en fonction du revenu moyen et variant de pays en pays, une personne était considérée comme pauvre en Belgique lorsque son revenu disponible ne dépassait pas 882 euros par mois pour une personne isolée ou 1 726 euros pour une famille de quatre personnes.

 

Cette étude a été réalisée en 2007. Les chiffres vont grimper suite aux mesures gouvernementales dont la maxime est « Les riches plus riches, les pauvres plus pauvres «  (NDLR)

 

Les commentaires sont fermés.