robert1943 robert1943 robert1943

LA MOBILITÉ ICI ET AILLEURS...

fribourg.jpgFreddy nous fait partager sa visdion de la mobilité de retour d'un périple cycliste de 800 Km qui l'a conduit de Cologne à Bâle le long du Rhin. Voici trois ans que Geneviève, son épouse, Annick, une amie et lui ont définitivement opté pour un type de vacances qui allie respect de l'environnement et mobilité douce. Leurs seuls moyens de transport sont le train et le vélo. Ils ont choisi d'être acteurs du voyage plutôt que spectateurs – consommateurs de leur temps libre. Ce choix nécessite un minimum de préparation physique et organisationnelle. NIls parcourent en moyenne 70 Km par jour, afin de privilégier la découverte touristique plutôt que la performance sportive. Ils emènent un minimum de bagages et le strict nécessaire pour leur séjour nomade. Le poids est l'ennemi du voyageur.

Dans un premier temps, ils avaient d'abord sillonné la France mais après trois expériences malheureuses, ils ont jeté notre dévolu sur l'Allemagne, la Suisse, l'Autriche ou la Hollande. Dans ces régions d'Europe, la mobilité n'est pas qu'un objet de débat mais une réalité que l'on peut constater à tout moment. Dans des villes comme Fribourg, Bâle, Mayence, Linz, Vienne... tout a été mis en oeuvre pour décourager l'usage de la voiture. Ces grandes métropoles ont rendu la ville aux citoyens. Voici deux ans à Coblence, ils étaient surpris de ne pas trouver une seule place libre au parking de... vélos !

La ville de Fribourg démolit les parking gardés de voitures à tour de bras tandis qu'elle augmente la capacité de places gratuites de parkings pour vélos. Plus de 6.000 places en 2010 ! Aux abords de la gare centrale, la ville a construit le premier parking à vélos gardé 24H sur 24H pour un coût de 2.000.000 d'€ et d'une capacité d'accueil de 1.000 vélos !

En 1970, la ville de Fribourg possédait un réseau de 30 Km de pistes cyclables et en dispose aujourd'hui de plus 450 Km soit 2.000 mètres pour 1.000 habitants ! Encore quelques chiffres pour terminer : La ville de Fribourg dépense la somme de 12 € par an et par habitant en politique de mobilité douce tandis que la ville de Charleroi pour une population équivalente (250.000 habitants) en dépense à peine 1,5 € ...

Mais au delà de cette avalanche de chiffres, ce qui les a ébranlés lors de leur retour, c'est le charivari des coups de klaxon des automobilistes pressés. Durant ces trois semaines où ils ont parfois pédalé en ville, ils ont été séduits par la patience et la courtoisie des automobilistes allemands. Il ne less doublaient que lorsque la voie était libre et avec un écart d'au moins un mètre sans avoir oublié d'actionner leurs clignotants !

En Wallonie, le cycliste est perçu comme un obstacle plutôt qu'un citoyen usager de la route. Il est grand temps de signaler à l'automobiliste wallon qu'il n'est pas propriétaire de la route mais qu'il l'a partage avec d'autres usagers...

Freddy Guidé

Les commentaires sont fermés.