robert1943 robert1943 robert1943

05/08/2011

Prix de la guerre: $4.000 milliards, 225.000 vies

guerres,afghanistan,irak,pakistan,11 septembre 2001BROWN (USA) —Près de 10 ans après l'attaque terroriste du 11 septembre 2001, le prix de la guerre comprend au moins 225.000 personnes tuées et des dépenses entre 3200 et 4000 milliards.

 

Si les conflits en Afghanistan, Irak et Pakistan continuent sur le même mode, ils vont exiger $ 450.000 milliards de dépenses additionnelles par le Pentagone d'ici à 2020.

Les nouvelles estimation du projet «Costs of War» suivent, avec des détails du prix humain et financier de la réponse militaire et économique aux attaques terroristes de 2001. Parmi les découvertes les plus importantes de ce groupe:


  • Les guerres des États-Unis en Afghanistan, Irak, et Pakistan couteront entre $ 3.200 et $ 4000 Milliards, y compris les soins médicaux et le soutien aux handicapés pour les vétérans existants et futurs. Ceci n’inclut pas l'intérêt probable sur les emprunts liés à la guerre.
  • Plus de 31.000 personnes en uniforme et contractants militaires sont morts, en tenant compte des forces de sécurité irakiennes et afghanes ainsi que des autres forces militaires alliées aux États Unis.
  • D'après une estimation conservatrice, au moins 137.000 civils ont été tués en Irak et en Afghanistan par toutes les parties à ces conflits.
  • Ces guerres ont créé plus de 7,8 millions de réfugiés parmi les Irakiens, les Afghans et les Pakistanais.
  • Les factures du Pentagone ne font que la moitié des coûts budgétaires et sont une fraction du coût économique total des guerres.
  • Parce que la guerre a presque exclusivement été financée par des emprunts, 185 milliards en intérêts ont déjà été payés sur les dépenses de la guerre et 1000 milliards pourraient s'accumuler d'ici à 2020 uniquement en intérêts.
  • Les obligations du gouvernement fédéral de prendre soin des vétérans passés et futurs de ces guerres va se chiffrer entre $ 600 et $ 950 milliards; ces montants ne sont pas inclus dans la plupart des analyses du prix de la guerre et ne vont pas atteindre leur maximum avant le milieu du siècle.

Catherine Lutz, professeur d'anthropologie et d'études internationales à la Brown University dit que cette comptabilité réalisée par le projet est essentielle pour les discussions démocratiques sur les questions de politiques étrangères. Connaître les vrais coûts de la guerre est essentiel maintenant que le public, le Congrès et le Président envisagent le retrait de troupes d'Afghanistan en relation avec d'autres sujets comme le déficit, la sécurité, les investissements publics et la reconstruction.

Neta Crawford, professeur de science politique à l'Université de Boston dit que de nombreux coûts et conséquences de la guerre ne peuvent pas être quantifiés et les conséquences de la guerre ne cessent pas quand les combats cessent...

Le groupe d'études «Eisenhower» a commencé à étudier les coûts en sang, trésor et opportunités perdues qui sont visibles et aussi celles qui sont moins visibles et susceptibles d'augmenter, même quand les combats cessent.

Le projets de recherche Eisenhower est une nouvelle initiative, sans but de profits et sans objectif politique dont la vision découle du discours d'adieu du Président Eisenhower en 1961, quand il a prévenu de l'influence indue du complexe militaire et industriel et propose des citoyens alertes et informés comme la seule force à même de faire l'équilibre entre les exigences souvent divergentes de la sécurité et de la liberté dans les états démocratiques.

Les commentaires sont fermés.