robert1943 robert1943 robert1943

07/07/2011

10 juin 1942 et 1944: massacres nazis à Lidice et Oradour

10 JUIN, le même jour mais a deux ans d’intervalle, la rage nazie à montré une de ces facettes. Mais il ne s’agissait pas là des seuls "exploits" de l’Allemagne hitlérienne.
 
nazisme lidice,oradour sur glane,ssLIDICE

Le 4 juin 1942, le protecteur de Bohème Moravie mourait des suites d’un attentat qui avait été commis par la résistance tchèque le 27 mai. Les représailles furent violentes, surtout dans le petit village de Lidice. Lidice est une petite bourgade de l’actuelle république tchèque située à une vingtaine de kilomètres à l’Ouest de Prague.

Pour justifier le massacre, les nazis accusèrent les habitants de la bourgade d'avoir soutenu les auteurs de l'attentat. En réalité, les liens entre Lidice et la résistance sont assez flous : deux officiers originaires du village se seraient enfuis à l'étranger, une lettre saisie par les nazis indiquerait que son auteur, venu de Lidice, a décidé de rejoindre la résistance. Les nazis ne surent jamais s'il y avait un lien entre l'auteur de la lettre et les assassins de Reinhard Heydrich, de ce petit détail, ils n’en n’ont cure, Lidice servira de bouc émissaire et d’exemple.


Le 10 juin 1942, un détachement SS commandé de Rostock cernait le village. Tous les hommes de plus de 16 ans et une partie des femmes étaient fusillés. Les autres femmes sont déportées au camp de concentration de Ravensbrück.

Pour les enfants, les nazis firent un tri répondant à leurs critères racistes, les enfants répondant aux normes aryennes étaient placés dans des familles allemandes pour être rééduqués, les autres gosses étaient promis à la mort dans les chambres à gaz du camp d’extermination de Chelmno en Pologne.

Le village est incendié, le terrain dynamité, des pierres enlevées, une rivière et une route sont détournées, le cimetière est vidé de ses morts. En quelques jours, non seulement le village est rayé de la carte mais les lieux ont été complètement transformés.

Voilà quel fut le sort d’une petite bourgade et de centaines de ses habitants dû à la folie meurtrière d’un petit tyran au service du grand capital. Les restes du village de Lidice furent reconstitués sous le régime communiste, et un bâtiment fut érigé à la mémoire des victimes.  Une œuvre musicale fut également créée en octobre 1943 par Bohuslav Martinu en souvenir de ces atrocités.  (http://www.youtube.com/watch?v=lIP9HYJQ25M)

nazisme lidice,oradour sur glane,ssORADOUR SUR GLANE


Le matin du 10 juin 1944, des véhicules chargés de soldats allemands s'arrêtent à Oradour-sur-Glane. Cette bourgade paisible, près de Limoges, comptait 1200 habitants. La compagnie qui vient d'y pénétrer appartient à la division SS Das Reich du général Lammerding.


Des allemands avaient été attaqués les jours précédents par des maquisards qui voulaient freiner leur remontée vers la Normandie où les Alliés venaient de débarquer. En guise de représailles,  Lammerding ordonne à la compagnie de détruire Oradour-sur-Glane. La compagnie SS compte environ 120 hommes qui se sont déjà illustrés en Russie dans l'extermination de populations civiles.


En début d'après-midi, le village est entièrement cerné, Les SS pénètrent dans les maisons, et sous la menace de leurs armes, obligent tout le monde, même les malades, à se rassembler sur le champ de foire sous le prétexte d’une vérification d’identité. Les enfants des écoles ont été contraints de rejoindre les adultes. Les SS agissent dans le calme et la population s'exécute sans broncher, ne s’attendant pas au malheur qui va les frapper.

Les hommes sont séparés des femmes et des enfants. Ils sont divisés en six groupes et enfermés dans des granges, sous la menace de mitraillettes. Puis, les SS tirent des rafales et tuent les malheureux en quelques secondes, ensuite ils mettent le feu aux granges bourrées de foin et de paille où gisent les cadavres mais également des hommes blessés ou agonisants.

Pendant ce temps, les femmes et les enfants sont enfermés dans l'église. Les SS placent dans la nef, une caisse assez volumineuse de laquelle dépassent des cordons qu'ils laissent traîner sur le sol. Ces cordons ayant été allumés, le feu se communique à l'engin, qui contient un gaz asphyxiant et explose au lieu de dégager le gaz. Une fumée noire, épaisse et suffocante se dégage. Pour s’assurer de la mort des femmes et des gosses, les nazis ouvrent le feu durant de longues minutes. puis de la paille, des fagots, des chaises sont jetés pêle-mêle sur les corps qui gisent sur les dalles. Les SS y mettent le feu.


Leur forfait accompli, ils abattent certaines personnes qui avaient pu se cacher, pillent le village avant de l'incendier. Au total, ils laissent 642 victimes. Parmi elles 246 femmes et 207 enfants, dont 6 de moins de 6 mois, brûlés dans l'église. Oradour-sur-Glane est devenu en Europe le symbole de la barbarie nazie.


Seule une femme a survécu au carnage: Marguerite Rouffanche. Son témoignage constitue tout ce qu'il est possible de savoir du drame. Elle a perdu dans la tuerie, son mari, son fils, ses deux filles et son petit-fils âgé de sept mois.


AUTRES MASSACRES


L’Allemagne nazie n’eut pas que Lidice et Oradour sur glane dans leur  "glorieuse"  liste de méfaits et tueries, nous pouvons citer en plus comme faits barbares :
Marzabotto, Tulle, Maille, le ghetto de Varsovie, Les fosses Adréatines, Le massacre d’Ascq, les fusillés de la citadelle de Cointe, les tueries au fort de Breendonk etc.….

Et qui veut amnistier les collaborateurs belges encore vivants du nazisme? Rien ne peut permettre le pardon pour ceux qui ont apporté une quelconque collaboration à ce système criminel.

Commentaires

Je suis trés choquer pour dire que mon grand pere a fait cette guerre tout les gens de tuer

Écrit par : muller | 02/08/2011

Les commentaires sont fermés.