robert1943 robert1943 robert1943

01/07/2011

Site de Charleroi , l’envers du décor : pertes de personnel et de programmes propres ; accentuation du phénomène par la disparition du studio du Passage de la Bourse.

rtbf charleroi,cgsp rtbf,philippotA Charleroi comme à Liège, contrairement à ce que tend à faire paraître l’administrateur général de la RTBF - dont il faut reconnaître les qualités de stratège en communication  - les désormais ex-centres régionaux de la RTBF perdent des plumes à chaque saison qui passe.
Les effets de la restructuration de la RTBF, engagée depuis 2002, se font largement sentir sur les 2 sites, dans un processus analogue.

Rappelons que la RTBF Charleroi, dédiée dès son origine à l’éducation permanente, a produit,  à partir de son studio du Passage de la Bourse,  de très nombreuses émissions de divertissement  de large public, d’info, de jeux culturels, et de services au public.

Monsieur Zygo -- Edgard Faure


Citons, au hasard des  saisons depuis 1974, Jours de guerre, Inédit, Double Sept, Bon Week-End, Zygomaticorama, Régions Soir, Indépendants à votre service, W magazine, Histoires de Wallonie, Théâtre Wallon, Au Nom de la Loi, Cartes sur table, Champion’s….et bien d’autres.
En 2002, subsistaient encore Au Nom de la Loi, Cartes sur Table, Les Allumés.be, Forts en Tête, Inédit, Le Bus des Régions, Champion’s, Projet « X » ….

Depuis, Charleroi, ayant toutefois hérité des Jardin Extraordinaire et Matière Grise (montage en extérieur), n’enregistre plus que Mille- Feuilles, les Concédées et C’est du Belge » (dernières émissions avec  studio). Le site produit encore des émissions principalement de montage comme Devoir d’enquête,  avec des présentations en extérieur ou in situ (Jardins et Loisir) , et toujours en  in situ des co-productions telles que Ma Terre, Planète Nature. Sont disparues au fil du temps les captations de sports (basket, foot, foot en salle, tennis de table…).

Ainsi, après avoir perdu leurs émissions d’info et de divertissements,  et les émissions de service au public ayant subi des modifications de cap conséquentes (disparition du magazine C’est la vie  au profit du magazine plus que léger Sans Chichis, tourné dernièrement à Laeken et aujourd’hui en recherche de lieu d’enregistrement), les producteurs de la RTBF Charleroi -faute de studio de télévision dès cet été - ,  disposeront du temps nécessaire pour redéfinir leur mode de production en fonction des outils disponibles à Charleroi (note interne de l’administrateur général aux organisations syndicales).


C’est évidemment là que se situe le côté fallacieux du discours. D’abord, une émission ne change pas de forme (mode de production) sans un risque réel de changement de caractère, de sens, et peut-être d’audience. Ensuite, la diminution progressive des émissions de studio à Charleroi aura largement préparé le terrain à un abandon pur et simple de ce créneau de production. Il sera facile ensuite de dire que m’on peut se passer de studio.


Avec toutes les conséquences prévisibles sur le volume de l’emploi sur le site. Si l’administrateur général annonce dans la même note que 3 agents devront être reconvertis ou reclassés, et que l’arrivée de Télésambre pourrait permettre d’évaluer leur reclassement sur le site, il prévoit néanmoins la mobilité vers d’autres sites pour ces 3 agents  si ce n’était pas le cas.


Encore les 3 agents cités constituent-ils, à nos yeux, une toute petite partie du personnel menacé, l’ensemble du personnel lié à la production studio (techniciens, machinos, cantine,  etc…) allant se trouver sans travail du jour au lendemain.  De cette manière, la RTBF pourra-t-elle laisser partir 10% de son personnel dans le cadre des départs « volontaires » du récent « plan de solidarité ». Dans la foulée, les emplois non statutaires et précarisés seront menacés à leur tour.


Autre marque du repli de la présence RTBF en région wallonne, les opérations de délestage des matériels de régie studio, à Charleroi comme ce fut le cas à Liège : ce matériel  sera démonté et reversé dans le stock de la RTBF (même note). A Charleroi au moins, le personnel aura été prévenu.  A Liège, le personnel avait appris la nouvelle par la bande.


Il n’échappera à personne le lien entre la notion d’outils disponibles à Charleroi avec l’engagement financier pris par la RTBF dans la société DREAMWALL à Marcinelle, qui crée, comme par hasard et grâce aux deniers publics, un studio virtuel où moment même où disparaît le projet d’en créer un sur le site Tirou/Digue. En y engageant 2.000.000 d’euros pour en obtenir 49% de parts de marché dans un consortium mixte public/privé, la RTBF signait l’arrêt de mort de toute hypothèse de résurgence d’un studio de télévision intégralement RTBF au centre-ville. Pour certain membre du conseil d’administration de la RTBF, ces 49% signifieraient une part égale  de recettes pour la RTBF (?). On peut en douter.

Cela ne signifie d’ailleurs en rien que l’activité RTBF chez Dreamwall, passage devenu obligé tant on a traîné sur l’alternative que constitue le projet de rapprochement RTBF/Télésambre,  se fera avec du personnel sous statut RTBF, la pratique de la sous-traitance devenant monnaie courante sous divers prétextes.  Et en ce qui concerne KEYWALL, les  partenaires auront d’évidence leur mot à dire en matière d’emploi. Sous bannière de quelques-uns des meilleurs éléments de notre direction !

Bouée de sauvetage selon certains, Il a fallu toute l’énergie du comité stratégique de Charleroi et de son président pour faire engager des négociations réellement effectives quant au rapprochement entre la RTBF et Télésambre, et peut-être permettre la création sur le site ertébéen Tirou/Digue d’un studio physique à partager. Toujours en cours, ces négociations sur fond de pouvoir régional et métropolitain appellent à la vigilance.


On y prévoirait pour l’instant, selon la note commune déposée par l’administrateur général  et co-signée par la direction de Télésambre,  1 seul jour d’enregistrement pour la RTBF, soit 1 émission. Encore faudra-t-il qu’elle soit simple (même note)


Face aux discours promotionnels et publicitaires qu’émet la RTBF - en attendant les publi-reportages -  vantant les réalisations immobilières en voie de finition à Liège comme à Charleroi (investissements régionaux prévus dans le plan Magellan), nous ne pouvons que constater un processus programmatique en cours de désinvestissement.


Charleroi et Liège sont décidément dans le même bateau.

CONFERENCE DE PRESSE  CGSP - RTBF LIEGE,  CGSP - RTBF CHARLEROI, INTERREGIONALE WALLONNE DE LA CGSP-RTBF.                                             
Jeudi 5 mai 2011

Pour la CGSP-RTBF Charleroi,
Jean-François Lacroix, Alain Filleul.

Les commentaires sont fermés.