robert1943 robert1943 robert1943

29/06/2011

Dossier RTBF Charleroi/Télésambre (suite): La météo n’est pas encore au super beau temps !

rtbf charleroi,télésambre,centre de productionDepuis de nombreux mois que le dossier est sur la table du comité stratégique de Charleroi, il faut bien avouer que l’on passe régulièrement du « nuageux à couvert » à « de légères éclaircies ». C’est parfois aussi la douche froide !

Lors de la dernière réunion du  comité stratégique de Charleroi/Sud-Hainaut,  le vendredi 25 mars dernier,  le point d’information sur l’évolution du dossier du futur studio RTBF/Télésambre  a permis de découvrir que les propositions d’extension du périmètre Digue se trouvaient à nouveau remisées en seconde zone.


S’appuyant sur l’apparente complexité d’un budget  « déjà difficile à concrétiser pour la version minimale » (c'est-à-dire le projet d’assemblage sans extension concocté par notre administrateur général et accepté du bout des lèvres par la direction de Télésambre),  Antonio Di Santo fonce maintenant vers une concrétisation rapide des aspects juridiques du projet Philippot.

Recul donc par rapport aux décisions prises par le comité stratégique du 28 janvier de « se positionner en faveur d’une recherche immobilière supplémentaire en vue de donner toute l’ampleur nécessaire à ce pôle », issues des remarques majoritairement admises d’une opération de rapprochement « au chausse-pied »,  comme la qualifiait lui-même le directeur de Télésambre.

Par ailleurs une motion du conseil communal de Charleroi demandait dans le même temps  de prévoir l’extension si les conditions techniques permettant la production des deux opérateurs n’étaient pas rencontrées.

Or, c’est le cas, ainsi que l’ont encore rappelé en séance différents mandataires carolos et les deux syndicats CSC et FGTB,  les expertises de l’administrateur général de la RTBF ne semblant pas permettre de conclure que le problème de la nécessité d’une double régie  soit résolu sans la dite extension. Pour la CGSP, et avec le personnel de Télésambre, nous pensons que l’opération n’est jouable que si deux régies sont installées, permettant à la RTBF Charleroi de continuer à produire de manière significative des émissions de studio tandis que Télésambre produira son journal quotidien.

Il a été difficile, en l’absence d’un certain nombre des ténors du banc politique,  de trouver d’autres voix pour relancer le débat.  Il s’agissait d’ailleurs d’un point d’information, non de décision. Mais « délais obligent »,  le point reviendra très certainement pour décision  au comité stratégique (fin avril ?), et cela risque fort, si nous ne réagissons pas immédiatement, de se passer sur base du projet minimaliste de Jean-Paul Philippot, pour qui il n’existe pas de nécessité essentielle de préserver des productions de studio à Charleroi.

Chacun jugera,  des motivations de la direction de la RTBF tenue à ce plan de rapprochement, et dans le même temps, des efforts de publicité et d’investissement qu’elle fait vis-à-vis du studio plus privé que public de Marcinelle, qui pourrait bien passer … de virtuel à réel.

Chacun jugera aussi des coûts –sur lesquels plane un grand mystère-  que devra supporter notre organisme public pour inscrire notre présence avantageuse dans l’univers du media post-graphique.

Dans ce contexte d’externalisation croissante de nos moyens de production, les émissions encore produites sur le site ne s’en trouvent pas pour autant enrichies.  Au mieux,  on maintiendra dans l’immédiat les émissions existantes, mais c’est évidemment à très court terme, l’émigration de nos dernières émissions de studio les rendant particulièrement fragiles. Aucun projet nouveau ou même de remplacement annoncé, mis à part le magazine sur la guerre 14-18.

Les ambitions de production qui caractérisaient l’ex-centre de Charleroi (journal régional, émissions d ‘information et de services spécifiques (juridique, jardinage, médecine, …), jeux télévisés, humour, mémoire, histoire, rallyes, …. se trouvent donc réduites au plus petit commun dénominateur, ce qui continuera à  servir de prétexte pour s’en tenir à un projet de studio étriqué sur le site Tirou/Digue, occupé tant bien que mal par la RTBF dans les interstices laissés par l’activité journalière de Télésambre.

Et peu importent les conditions de vie en commun dans un espace déjà pressenti comme trop étroit, mettant en péril « l’ambition carolorégienne de créer un pôle audiovisuel basé sur une volonté de synergie des deux opérateurs ».


Pour la CGSP-RTBF Charleroi.
Jean-François Lacroix.

Les commentaires sont fermés.