robert1943 robert1943 robert1943

15/06/2011

Interdiction de fouiller les poubelles

conteneurs,nourriture périmée,déchetsBen, elle n’était pas finie ma parabole du conteneur commencée hier. Vous vous souvenez : on disait qu’un conteneur avait un contenant et un contenu. Et qu’on attachait plus d’importance à ce qu’il y avait dehors qu’à ce qu’il y a dedans. Erreur. Grave erreur. C’était sans compter sur la Justice. Celle qui mesure tout acte avec sa balance aveugle et dont les poids sont poinçonnés au coin du bon sens.


Veuillez donc, je vous prie, prendre connaissance du jugement suivant :

Considérant donc un conteneur à déchets placé sur le parking d’un supermarché GB de Rupelmonde, Flandre-Orientale.

Considérant de la marchandise invendable consistant en deux lots de muffins périmés y déposée.

Considérant la présence d’un homme âgé de 50 ans aux abords du dit conteneur à déchets.

Considérant l’ouverture du couvercle du dit conteneur par l’homme susmentionné et la préemption des deux lots de muffins invendables et périmés y déposés, les faits ayant été dûment constatés par le gérant du supermarché ayant fait appel aux forces de police.

Considérant qu’un conteneur à déchets, tant par son contenant que par son contenu, est et reste une propriété privée. 

Attendu que la préemption de deux lots de muffins invendables et périmés se révèle dès lors illicite et représente un préjudice véritable pour le propriétaire du conteneur à déchets.

Le tribunal condamne en conscience l’homme de 50 ans à une peine de 6 mois de prison avec sursis.

C’était Jean Ferrat qui se demandait : « Hommes de 50 ans, qu’avez-vous fait du monde ? ». Et bien, l’homme de 50 ans, cher Jean, il fait les poubelles et finit en prison : ces prisons dont les Nations-Unies disaient précidément lundi à Genève qu’elles étaient chez nous des poubelles. Comme quoi, notez bien, il y a un effet de sens et de cohérence chez les magistrats.

Comeos, la fédération du Commerce et des Services, se réjouit de cette décision de Justice car, explique-t-elle, consommer les produits qui sont dans les poubelles est dangereux : On ne sait pas pourquoi le commerçant a jeté de la nourriture : cela peut-être un excédent de stock mais également parce que les aliments ont été congelés puis dégelés. Par quoi il faut comprendre que cet homme, Steven De Geynst, a été condamné pour atteinte à sa propre santé et que le jugement a aussi des vertus prophylactiques et pédagogiques.

Cette pédagogie ne s’applique cependant pas aux pauvres honnêtes et soucieux de leur santé : le SNI, Syndicat Neutre des Indépendants, conseille en effet aux commerçants, dans le cas de se débarrasser dans un conteneur à déchets de produits atteints de péremption, de donner la nourriture tout juste périmée ou les produits moins présentables aux banques alimentaires ou aux CPAS.

Voilà. On n’en dira pas plus. Car que dire en effet sur ces poubelles privées et ces condamnations publiques ? On se demande. On s’interroge. Sur la consommation, le gaspillage, le recyclage, la justice qui protège les déchets. On se dit, c’est idiot que c’était des muffins et pas des croissants. Des croissants, la fable eût été complète. Et puis on comprend. Hé, les pauvres, ne cherchez plus ce dont vous avez besoin, attendez qu’on vous donne ce dont on veut se débarrasser. Ah, c’est sûr, ce soir, je ferai la poubelle pour aller manger. Allez, belle soirée et puis aussi bonne chance.

Paul Hermant

Les commentaires sont fermés.