robert1943 robert1943 robert1943

Charleroi 1911- Charleroi 2011

Charleroi 2011

 

Il y a 100 ans, le 29 avril 1911, on inaugurait, à la Ville Haute, la  Grande Exposition Internationale de Charleroi dont le but était de montrer les réalisations exceptionnelles d’une région, celle de Charleroi mais aussi de lcharleroi,exposition internationale,budget de charleroi’ensemble de la Wallonie, toute deux à l’avant-garde de la révolution industrielle,  affichant un  savoir faire sans pareil dans les domaines du fer, du verre, des constructions métalliques, de la formation…ainsi qu’une richesse sur les plans culturels et artistiques.

D’avril à novembre, des centaines de milliers de visiteurs arpentèrent les allées et pavillons. Ce fut un succès total, Charleroi rayonnait sur le monde entier !

 

Charleroi 2011

 

Certes, depuis de l’eau a coulé sous les ponts de la Sambre emportant avec elle, au fil de la  fermeture des charbonnages, des fleurons de la verrerie, de la construction métallique, des multiples restructurations économiques, des pans entiers de ce qui fit notre richesse laissant sur le carreau des milliers de travailleurs et leur famille, figeant dans le temps des quartiers de vie parfois au bon milieu de friches où la fatalité domine l’espoir d’un quelconque renouveau.


Tel le Phénix qui renaît de ses cendres, ici et là de grands projets de ville se dessinent ou sont en voie de réalisation pour tenter de redonner à la ville toute la lumière dont elle à besoin pour se redresser.

 

Mais pourquoi le Carolo a-t-il toujours  ce sentiment de morosité ?

 

A vrai dire, aujourd’hui, l’image que la ville donne d’elle-même en matière de gestion est désastreuse et celle-ci l’emporte sur tout ce qui tend à la positiver.    
Imaginez :


         Budget 2010  voté en octobre 2010, empêchant durant près de 9 mois la réalisation de travaux, le gel des investissements,…

         Budget 2011, voté en décembre 2010 avec un déficit de +/- 10 millions d’euros, recalé en mars 2011, plongeant à nouveau la ville dans un immobilisme certain.

         Des services communaux totalement déficients : sans direction,  50% des agents non nommés, manque flagrant de personnel dans des secteurs clé, obligeant parfois des personnes à assurer seules le fonctionnement d’un service, non remplacement du personnel en maladie longue durée, des ouvriers sans machines, sans tarmac, sans véhicules,… des services sans fax, des employés, des enseignants, des élèves sans matériel de bureau ou autre, des chaudières qui claquent à tour de bras, des bâtiments qui se déglinguent, des petites pannes qui durent des mois, …

         Une crasse dans la ville très insuffisamment réprimée et un service propreté mal doté en personnel et en matériel, « privatisation » de certaines activités…

         Un cadre policier de 1150 personnes ramené à 1000 effectifs alors que les incivilités et le trafic drogue sont en augmentation, que le personnel  croule sous la tâche,…

 

Ce sont en fait à toutes ces choses que la majorité PS-MR-CDH devait à l’issue des élections communales de 2006 accorder ses  priorités pour satisfaire les besoins de la ville et assurer son redéploiement. Elle en est loin du compte, très loin !

 

Très active au sein du groupe politique écolo, la conseillère communale communiste, Malika Elbourezgui ne cesse au travers de ses interventions d’impulser pour tous les Carolos qui ont des préoccupations sociales fortes, qui rêvent de nouvelles solidarités, d’une ville conviviale, propre, qui garantit les meilleurs services à ses citoyens et offre à son personnel un cadre et une stabilité au travail, une ville où chacun  trouve à se loger, à s’épanouir…Ce sont là quelques aspects de son combat quotidien pour réussir les changements significatifs tant attendus par l’ensemble des Carolos.

Les commentaires sont fermés.