robert1943 robert1943 robert1943

17/05/2011

Rente nucléaire : le gouvernement se couche à nouveau devant Electrabel !

tihange.jpgLe parti communiste tient à apporter son soutien à la CREG (Commission de Régulation de l’Electricité et du Gaz). Cet organe, déjà fortement affaibli depuis la libéralisation du secteur, vient de subir un véritable camouflet de la part du gouvernement fédéral en affaires courantes.


Alors que, forte de son expertise unique, la CREG a évalué à environ 2 milliards d’euros par an la rente nucléaire dont profite impunément Electrabel, le gouvernement, et en particulier le ministre Magnette, soucieux de ne pas froisser le lobby nucléaire, a décidé de demander à la Banque Nationale de Belgique une autre étude. Sans surprise, les chiffres avancés par la BNB (800-900 millions d’euros) se rapprochent bien plus des chiffres avancés par Electrabel (600 millions d’euros). Le gouvernement et Electrabel se sont de la sorte fabriqués de toute pièce un alibi pour que puisse se poursuivre le racket en cours.

Les communistes rappellent que cette rente constitue un vol pur et simple fait aux citoyens contribuables qui ont payé les centrales et ne bénéficient pas aujourd’hui, ainsi que cela avait été convenu, d’un prix conforme au coût réel de production. Cette situation rappelle combien la libéralisation est une catastrophe, catastrophe pour les citoyens, catastrophe pour les travailleurs du secteur et catastrophe pour les investissements dans la transition vers les énergies renouvelables. Les seuls bénéficiaires sont le groupe GDF-Suez qui possède Electrabel et son actionnaire principal, le milliardaire Albert Frère, lesquels s’enrichissent sur le dos de la population.

•Que l’on rende à la CREG toutes ses prérogatives.
•Que l’intégralité de la rente nucléaire (2 milliards) soit ponctionnée et qu’elle soit affectée au développement de mesures d’économies d’énergie et à la transition vers des énergies renouvelables
•Que soit mis en place un véritable contrôle des prix et une tarification plus progressive. Il est fort à parier que dans le cadre actuel, Electrabel compensera toute taxe sur sa rente nucléaire par une nouvelle augmentation des prix au consommateur.

Alors que l’énergie sera un des défis du siècle, l’actualité rappelle les risques inhérents à une gestion privée guidée par le profit. Les communistes prône plus globalement un retour à un acteur 100% public pour produire, transporter et distribuer gaz et électricité.

Enfin, nous rappelons notre engagement pour une sortie rapide du nucléaire et le respect de la loi de 2003. Cette sortie qui devra se faire au profit des énergies renouvelables (et non d’énergies fossiles), n’intéresse assurément pas Electrabel pour qui les centrales nucléaires constituent aujourd’hui de véritables planches à billet. Elle est cependant techniquement totalement envisageable contrairement à ce qui est parfois avancé. A titre d’exemple, selon une étude du Deutsches WindEnergie Institut, le seul potentiel éolien au large des côtes belges correspond à 2.7GW (gigawatts) soit environ 27% de la consommation belge actuelle, ou plus que la puissance cumulée des trois plus vieux réacteurs belges (Doel 1, Doel 2 et Tihange 1).

Alors que 57% de la population belge est contre l’énergie nucléaire, selon un récent sondage, pour la sécurité des travailleurs et de la population, pour les générations futures, il est temps de l’écouter !

Ecrit par Bureau politique 
 

Les commentaires sont fermés.