robert1943 robert1943 robert1943

Halte à la vie chère!

Halte à la vie chère !

Plusieurs études parues récemment dans la presse démontrent la perte de pouvoir d’achat des ménages belges. Pas n’importe quel ménage : principalement les familles de travailleurs et les familles défavorisées. Ce sont elles les victimes toutes désignées de l’augmentation du coût de la vie et des manipulations diverses de l’index.

Ainsi, le Centre de Recherche et d’Information des Organisations de Consommateurs, le CRIOC, vient de présenter une étude fouillée dans laquelle il constate que cet appauvrissement des ménages populaires s’approfondit depuis une dizaine d’années. La cause est belle et bien politique et incombe aux différents gouvernements qui, s’ils n’ont pas supprimé la liaison des salaires à l’index, ont, à plusieurs reprises, pratiqué des "sauts d’index", "lissé l’index", expurgé certains produits susceptibles de trop influer l’index tout en bloquant les salaires.

Les exemples foisonnent qui démontrent les difficultés de vivre. Prenons-en quelques-uns parmi les plus vitaux.

1.L’augmentation des produits pétroliers (+ 50 % d’augmentation) que l’on a enlevés de la liste de l’index est subie de plein fouet par les travailleurs et les familles défavorisées. Que ce soit l’essence pour la voiture ou le mazout de chauffage, il faut payer sans que les salaires ou les allocations ne soient adaptés aux augmentations.

2.La note personnelle moyenne pour se soigner a augmenté de 41 % en six ans. Se soigner devient un luxe inaccessible pour certaines familles.

3. Le prix des transports publics a augmenté en février. Les tarifs de la SNCB sont parmi les plus chers d’Europe.

4. La Ligue des familles alerte l’opinion sur la cherté des études à tous les niveaux de la scolarité. L’enseignement « gratuit » impose des contributions de plus en plus importantes aux parents.

5. 31 % du budget des familles défavorisées est accaparé par le poste loyer. Les loyers sont reconnus si chers que la Ministre Onkelinx a proposé d’en bloquer les augmentations...

Résultat : le pouvoir d’achat des salariés a diminué de 2,08 % et celui des familles défavorisées de 3,2 %. Et c’est encore à ceux-là que le patronat et le gouvernement socialiste libéral vont demander des sacrifices pour « accroître la compétitivité des entreprises ». Une autre étude récente montre que le Belge épargne de moins en moins, surtout les petits revenus évidemment, qui ont de plus en plus de mal à joindre les deux bouts.

Tout le monde n’a cependant pas subi les effets négatifs des politiques libérales. Ainsi, alors que les salaires n’ont progressé que de 19 %, les revenus financiers (placements,...) ont grimpé, eux, de 25 % de 1996 à 2005.

C’est à ces revenus là qu’il faut s’attaquer pour stimuler l’économie.

 

La Fédération de Charleroi du PC.

 

Les commentaires sont fermés.